A un peu plus de 4 semaines de la première course de la saison en IndyCar (24 mars) à Homestead-Miami, beaucoup de gens se posent la question de savoir comment du maïs peut devenir un carburant propulsant les voitures d’IndyCar à des vitesses supérieures à 300 km/h. Pour mémoire, l’IndyCar utilisera l’éthanol comme carburant.

« Après une année de pilotage pour le Team Ethanol, j’ai enfin vu comment le maïs devenait carburant pour ma voiture en visitant une usine. Chaque jour je suis de plus en plus impressionné par les hautes performances que nous obtenons avec ce carburant et je suis impatient que nous puissions le prouver dès la première course à Miami. » déclare Jeff SIMMONS, pilote de la Dallara/Honda n°17 du Team Ethanol.

L’IndyCar est la première Série à utiliser une énergie renouvelable produite sur le sol américain de surcroit. L’éthanol U.S. est principalement extrait du maïs mais des recherches sont menées actuellement pour en produire avec des betteraves sucrières, de l’orge et du sorgho.

Voici en quelques lignes comment un boisseau (*) de maïs est transformé en presque 3 gallons (+ ou – 12 litres) d’éthaonol haute performance pour les voitures de l’IndyCar.

(*)Le boisseau US est une unité utilisée en agriculture pour les cotations en bourse des ventes de céréales aux États-Unis. Les équivalences standards avec les unités utilisées pour les cotations en Europe sont les suivantes : 1 boisseau US de blé vaut 0,02721 tonnes ; 1 boisseau US de maïs vaut 0,02540 tonnes ; 1 boisseau US de soja vaut 0,02721 tonnes.

  • Semer les graines

Le maïs est planté aux Etats-Unis. Les plus grandes plantations sont situées en Iowa, au Nebraska et en Illinois.

  • Livraison après récolte

Une fois le maïs récolté, il est acheminé à Renova Energy à Torrington dans le Wyoming, une des 110 unités de production d’éthanol. En 2006, ces usines ont produits presque 5.4 milliards de gallons d’éthanol. Cela représente un enrichissement de plus de 46% de la quantité d’essence vendue à travers le pays. Actuellement 75 usines d’éthanol sont en construction aux U.S.A.

  • Transformation en farine

Le maïs est ensuite transformé en farine qui sera employée dans le procédé de fermentation. L’amidon est réduit en poudre fine.

  • Cuisine

La farine est ensuite mélangée à de l’eau et à un enzyme pour aider à casser l’amidon en plus petites particules. On fait ensuite cuire à à 190°C pour liquéfier l’amidon et réduire les nombre de bactéries. La température est ensuite porté à 225°C pour continuer plus en avant la décomposition de l’amidon.

  • Refroidir

Cette pâte est ensuite refroidie. Un deuxième enzyme est ajouté pour transformer l’amidon liquide en sucre (dextrose) qui pourra ensuite être fermenté.

  • Fermentation

La pâte est ensuite mélangée à de la levure qui transforme le sucre en éthanol et en dioxyde de carbone. Cette opération prend entre 50 et 60 heures.

  • Distillation

La pâte fermentée contient environ 15% d’éthanol. Le reste de la mixture est composé d’eau et des matières solides de maïs/levure qui ne peuvent pas être fermentés. Pour séparer l’éthanol, le mélange est chauffé à plusieurs reprises à une température où l’éthanol se vaporise. Ces vapeurs d’éthanol sont ensuite rassemblées et refroidies par condensation. L’éthanol prend alors une forme liquide.

  • Déshydratation

L’éthanol doit encore être purifié à ce stade pour éliminer les résidus d’eau. On dit que l’éthanol est alors anhydryque (sans eau). Après cette étape, l’éthanol est approximativement dégré 200… ce qui explique l’étape suivante.

  • Efficace, mais non potable !

Il faut rendre l’éthanol non comestible (c’est une condition obligatoire pour l’éthanol voué à être brulé dans les moteurs). Un peu de dénaturant est alors ajouté (2% pour l’IndyCar).

  • Les restes

Tout ce qui a été éliminé au cours du processus n’est pas jeté. Les grains du distillateur sont utilisés comme nourriture pour le bétail. Le dioxyde de carbone est recueilli, purifié et comprimé pour être revendu aux usines de boissons gazeuses.

  • Sur la route.

L’éthanol est ensuite acheminé à Indianapolis par des camions citernes. L’éthanol doit être stocké avec les normes attribuées aux dissolvants et aux produits chimiques de classe supérieure. Indianapolis peut en stocker une capacité maximale de 30.000 gallons.

  • Start your engine !

Amené ensuite sur le circuit où la course se déroule , l’éthanol est brulé dans les moteurs des monoplaces de l’IRL.