Les monoplaces d’IndyCar ne possédant pas de controle de traction, il va être nécessaire de leur apporter plus d’appui aérodynamique afin de négocier au mieux les virages du circuit routier long de 1.8 mile de St Petersburg. Mais à la place, les pilotes pourraient également choisir de privilégier la vitesse de pointe à la place de celle en courbe.

Darren MANNING, pilote de la N°14 de chez A.J. FOYT Racing nous dit : « Préférence personnelle« .

En d’autres mots, les officiels de l’IndyCar ont dicté quelques ajustements à l’aileron avant pour les courses routières/urbaines cette saison. Alors que l’aile principale de la moustache devra rester parrallèle au sol, les éléments mobiles supérieurs pourront évoluer dans une fourchette de -5° à 5°.

« Sans augmenter les coûts, nous voulions donner aux équipes une gamme de réglages plus grande pour règler la voiture. Les pilotes seront capable de conduire la voiture plus rapidement car ils auront plus de lattitude dans les changements aérodynamiques. Même si 5° peut paraître minime, cela vous procure un appui supplémentaire non-négligeable. » d’après Les McTAGGART, Directeur Technique.

Il ajoute : « Parfois il est préférable de mettre plus d’appui à l’avant plutôt qu’à l’arrière car vous avez plus de maniabilité. Maintenant vous pouvez mettre moins d’angle pour privilégier votre vitesse de pointe mais alors ce sera au détriment de cette même maniabilité. Ce sera aux équipes et aux pilotes de trouver le meilleur compromis. »

« Les pilotes définiront l’angle durant les essais et ajusteront les flaps durant la course. Seuls les flaps pourront être modifiés durant la course. Tout le monde est en possession des informations de base et ce sera aux équipes d’optimiser les réglages pour leur pilote.«