Ancien pilote de l’IndyCar et consultant TV aujourd’hui, Scott GOODYEAR nous donne son avis sur la course de St Petersburg. « Je me doutais que nous aurions été étonné de voir une autre voiture rouge et blanche victorieuse dans les rues de St Petersburg ».

« Je pense que nous allons peut être voir une petite équipe tirer son épingle du jeu sur une de ces courses routières/urbaines. Les pilotes peuvent faire un peu plus la différence grâce à leurs capacités plutôt que sur la vitesse de leur voiture. Daren MANNING a déjà pu le démontrer sur la voiture de A.J. Foyt Racing ce week end où il resta très longtemps dans le Top-5 avant de commettre une faute qui lui couta très cher. Sans cela nous l’aurions vu sur le podium, j’en suis sur. »

« Maintenant pour gagner une course, quelle est la part que nous devons attribuer au pilote et quelle part à la voiture ? J’ai déjà entendu souvent cette question et elle sera encore plus posée cette année vu le nombre plus élevé de ces courses non-ovales. Sur les ovales, on dit que c’est 75% la voiture et 25% le pilote : théoriquement, le pilote laisse son pied sur l’accélérateur, tourne le volant et la voiture fait le reste. Sur une course routières, il faudrait plus que certainement inverser ces pourcentages. Je ne suis pas tout à fait sûr de ces chiffres et je ne m’avancerai pas à les confirmer mais en tous les cas je suis sûr que le pilote est dominant par rapport à la voiture sur une course routière/urbaine alors que ce sera le contraire sur ovale. »

« Dans les deux situations, le pilote est l’ingrédient-clé. Il doit piloter sa voiture à la limite et les ingénieurs doivent la rendre magique pour que le pilote en tire le meilleur. Sur les ovales, je dois dire qu’il faut aussi englober le facteur courage pour se lancer à de telles vitesses sur de telles pistes. Il y a quelque chose qui ne changera pas ; c’est que ce sera toujours le pilote qui finalement devra prendre les bonnes décisions lors de la course pour amener sa voiture sur la Victory Lane. »

« Un super pilote ne pourra pas amener une voiture malade à 220 mph vers la victoire sur un ovale alors qu’un bon pilote pourrait le faire avec une voiture récalcitrante sur une course routière. Il faut garder en mémoire que il est plus risqué de rouler à 220 mph sur un ovale que à 110 mph sur une course routière. »

« Est ce que Chip GANASSI aurait gagné la course Homestead-Miami sans le talentueux Dan WHELDON derrière le volant? Est ce que Penske aurait remporté la course de St Petersburg sans l’expérience routière de Helio CASTRONEVES ? Sur les deux premières courses, nous pouvons déjà dire que le duo voiture/pilote était une super équipe pour aller chercher la victoire. »

« Je crois que nous avons actuellement dans la Série pas mal de pilote qui pourrait sauter dans une autre voiture et faire le même résultat. Nous avons maintenant une belle brochette de pilotes qui ont une belle expérience sur les deux types de circuits. J’ai vraiment pris beaucoup de plaisir à voir les pilotes évoluer dans les rues de St Petersburg car je sais à quel point c’est difficile de conduire ces véritables missiles dans ces rues étroites cerclées de murs en béton. »

« Cela rend encore plus impressionnant les remontées de Tony KANAAN et de Dario FRANCHITTI après leur accrochage du premier tour. Quelque chose que Michael ANDRETTI va surement mettre au point avant le déplacement japonais de Motegi. »

« CASTRONEVES aura de nouveau le role de vainqueur en titre et je lui ai demandé après sa victoire de St Pete si il allait refaire la même chose au Japon. Il m’a dit que ils avaient trouvé les problèmes qu’ils ont rencontré à Homestead et qu’il espèrent bien être aux avants-plan de la grille départ. Après la course sera une autre histoire. »