Mardi, lors d’une émission de radio, Tony Stewart a ouvertement critiqué la Nascar au sujet des problèmes des drapeaux jaunes liés aux débris sur la piste.
Il s’est appuyé en particulier sur la course de Phoenix et du moment où il allait prendre un tour à Jimmie Johnson et Kevin Harvick lorsque les officiels de la Nascar ont sorti un drapeau jaune pour des débris sur la piste. Et bien sûr comme c’est souvent le cas, les très nombreuses caméras n’ont pas été en mesure de montrer ces débris à la télévision.

Stewart a déclaré: « Je ne sais pas combien de temps la Nascar pense pouvoir traiter les fans comme des ignorants avant que ces derniers ne se manifestent ».
Samedi soir à Phoenix, Stewart ne s’était pas rendu à la conférence de presse obligatoire pour « ne pas attaquer la Nascar » juste après la fin de la course.

Stewart a même été jusqu’à comparer le spectacle de la Nascar à celui proposer par le Catch américain.
« Nous sommes très bien payé pour prendre la piste et faire la course, mais pour moi, l’argent n’est pas tout » a-t-il ajouté. « Il y a besoin d’une certaine intégrité dans ce sport, alors quand l’organisation ne va pas dans ce sens, c’est difficile de la supporter. C’est très difficile d’être fier d’être un pilote de Nascar quand les drapeaux jaunes non justifiés se multiplient. Ils jouent à Dieu. C’est arrivé beaucoup trop souvent cette année et cela génère forcement des frustrations. »

La Nascar n’a pas tarder à répondre par l’intermédiaire de Jim Hunter le vice président des communications. Il s’est déclaré très déçu par les propos de Tony Stewart.
Selon lui, la Nascar organise des courses depuis 1948 avec comme priorité d’offrir le meilleur spectacle tout en assurant un maximum de sécurité aux pilotes.
Il a enfin ajouté que des centaines de pilotes seraient honorés de rouler en Nascar Nextel Cup.