Sébastien Bourdais et Romain Dumas, nos deux représentants expatriés avec succès aux Etats-Unis, avaient tous deux de bonnes raisons d’avoir le sourire à l’issue de la 75ème édition des 24 heures du Mans. Tous deux sont effectivement montés sur le podium de la classique mancelle, alors qu’un tel résultat semblait difficile à imaginer avant le départ de la course.

Sébastien Bourdais, aujourd’hui en lice pour remporter un quatrième titre consécutif en Champ Car, a fait une pige sur la Peugeot 908 dans une épreuve qui a une saveur toute particulière pour lui. Pour la première fois de sa carrière, Sébastien termine les 24 Heures sur le podium au terme d’une course sage et à plusieurs tours de l’Audi victorieuse. L’objectif premier des pilotes Peugeot était de terminer la course – jamais jusqu’ici la 908 n’avait tenu sur une aussi longue distance. Mission accomplie, même si la dernière heure a fait naître quelques inquiétudes : « On a fait tout ce qu’on a pu. », racontait Bourdais. « Personne n’aurait mis un centime sur nous. La fin de course a été folle, avec des conditions dantesques. A une demi-heure de la fin, on s’est fait une grosse frayeur avec le moteur. Je n’ai rien senti mais la pression d’huile est tombée à zéro. L’auto semblait dessinée pour 24 heures et 10 minutes. Pas plus. C’était un peu stressant. On est parti d’une feuille blanche pour arriver à un podium sur la course la plus difficile du monde. C’est incroyable et c’est à mettre au crédit de toute l’équipe Peugeot Sport. »

Quant à Romain Dumas, actuellement en tête du championnat ALMS en catégorie LMP2, il a reçu l’autorisation de Porsche de participer aux 24 Heures dans l’équipe d’Henri Pescarolo. Le challenge était encore plus ardu que dans le cas de Sébastien Bourdais, car avec 5 prototypes à moteur diesel au départ, le podium semblait inatteignable pour Pescarolo, dont la voiture rendait près de cinq secondes au tour aux Audi et aux Peugeot. Mais c’était sans compter sur les accidents qui ont mis hors course les Audi n°2 et 3, ainsi que sur le moteur qui a terrassé la Peugeot n°7. « On a fait du mieux qu’on pouvait. », déclarait l’Alésien après l’arrivée. « Entre nous, les trois pilotes, on était très homogènes, mais il y avait un gros écart avec les voitures de devant. On voulait être la meilleure voiture essence. Dans ces conditions météo, c’est un très bon résultat. Presque comme une victoire, même ! On s’attendait à avoir cette bataille devant. On l’a constaté dès les 30 premières minutes de course. Mais on s’attendait aussi à des problèmes de fiabilité de la part d’Audi et Peugeot. Avoir des constructeurs qui se battent, c’est intéressant. Mais une équipe privée, c’est bien aussi ! »

Les deux hommes vont maintenant reprendre le chemin des Etats-Unis. Sébastien veut remporter un nouveau titre en Champ Car avant peut-être de passer à la F1 – ce qui ne lui permettrait pas de revenir au Mans en 2008 – et Romain aura à coeur de consolider son avance au championnat ALMS lors de la prochaine manche qui se tiendra le 7 juillet à Lime Rock.