Juan Pablo-Montoya sera de retour dimanche à Indianapolis, lieu qu’il connaît comme sa poche pour y avoir remporté les 500 Miles en 2000 lors de sa première tentative mais également pour avoir roulé en Formule Un de 2001 à 2006 sur l’Infield.

Pourtant rien ne le prédestinait à devoir un jour venir courir sur ce lieu mythique. En effet le Colombien avait bâti sa carrière en Europe et devait en toute logique devenir un pilote de Grand Prix. Mais il aura suffit d’une rencontre avec un ancien pilote, devenu patron de l’une des écuries les plus victorieuses, Chip Ganassi, pour que le destin de Montoya ne soit à jamais liée à l’Indianapolis Motor Speedway.

« Je ne veux pas être irrespectueux, mais je venais de Cambridge en Angleterre et je passais du temps à Londres. Puis Chip m’a dit que je devais vivre dans cet endroit appelé Indy. J’y suis allé avec les mécaniciens et mon équipe qui m’ont emmené avec leur femmes et leur copines et à ce moment je pensais : ‘Non, je ne vivrais pas ici.’ J’aime la course mais je ne l’aime pas (la ville d’Indianapolis) autant que ça.« 

« J’étais en Europe et pour moi ce qui était énorme c’était une course de Formule Un, pas l’Indy 500 ou Daytona.

Montoya sera donc de retour sur l’oval où il n’a plus piloté depuis sa victoire en 2000. Il avoue que cette piste avec ses quatre virages est très différente des autres pistes, et propose un challenge très intéressant. Il devra cependant réapprendre la piste puisque une stock-car de 850 chevaux pesant plus d’une tonne-et-demi a un comportement complètement différent d’une monoplace d’IndyCar.

Mais Montoya a déjà prouvé sa faculté d’adaptation non seulement en NASCAR, puisqu’il a remporté sa première victoire, mais égaleemnt dans toutes les disciplines où il a couru. Lors de sa première saison de rookie en CART, il a remporté le championnat, puis en 2000 en IRL lorsqu’il remporte l’épreuve la plus importante au monde encore une fois à son premier départ, puis enfin en Formule Un où à son deuxième Grand Prix il se dirigeait vers son premier succès au Brésil avant qu’un retardataire ne vienne le percuter. Partie remise puisqu’il allait signer son premier succès lors de la légendaire (encore une) course de Monza, course la plus rapide de la saison.

Et à titre de comparaison, Montoya pense que sa victoire sur l’Infineon Raceway est aussi importante que n’importe quelle autre grande victoire et qu’elle a eu un impact positif sur le monde de la NASCAR. Et il ajoute qu’il est dans cette discipline jusqu’à la fin de sa carrière.
« Je suis entièrement impliqué dedans (en NASCAR). C’est pourquoi beaucoup de personnes ont respecté mon choix. Je ne suis pas venu en me disant ‘Voyons ce qu’il va se passer’. Avant ma première course, j’étais là pour le long terme. La course est ce qui me pousse ici. C’est étonnant. Vous courrez toujours contre quelqu’un. Au plus je suis impliqué, au plus je suis excité.« 

Montoya sera dimanche la premier pilote de l’histoire a avoir couru lors des trois courses se déroulant à Indianapolis