Juan-Pablo Montoya lors de son arrivée en NASCAR a défrayé les critiques. En effet de l’époque moderne, jamais un pilotes de Formule Un n’était venu migrer dans cette discipline qu’est la NASCAR où bon nombre d’observateurs, à l’instar de Flavio Briatore, n’hésitent pas à dire que les pilotes ne sont que des vulgaires chauffeurs de taxis…(Encore une fois, il montre sa très bonne connaissance du sport auto, lui qui à l’origine, vient du monde des affaires).

Avec l’arrivée massive de nombreux pilotes de monoplaces, Montoya préfère les prévenir qu’ils entrent dans un style de course particulier, qui n’a rien à voir avec ce qu’ils ont pu connaître auparavant.

« Ce n’est pas facile. Je pense que la personne qui pense que c’est facile devrait regarder un peu mieux, parce que je pense que c’est plutôt dur. Et maintenant, avec le plateau au complet (cf : le système du top-35), même entrer dans la course est très, très difficile.« 

Le Colombien a particulièrement suivi les débuts du triple champion IndyCar, Sam Hornish Jr. Celui qui a tout gagné en monoplace aux USA, tente de se trouver un nouveau challenge, mais celui-là est de taille et ne semble pas vouloir lui faciliter ses débuts. Hornish a failli dans toutes ses tentatives de qualification aux cinq courses dans lesquelles il était inscrit. Et en Busch Series il a seulement semblé tout juste bon, avec pour meilleur résultat en huit participations, une 15ème place, obtenue sur l’Atlanta Motor Speedway.

Pour expliquer ses difficultés, Montoya déclare qu’Hornish n’arrive pas à adapter son style de pilotage à ces voitures stock-car. Voici un exemple, lors des qualifications sur le Loewe’s Motor Speedway :
« Quand Sam arrivait dans le virage 1, je savais juste à ce moment précis qu’il ne ferait pas la course. Il n’a jamais enroulé son virage. Il était juste comme un pilote de monoplace, et allait tout droit à la corde, et il est sorti allant haut dans le virage. Avec ces voitures, vous devez enrouler les virages, et travailler un petit peu plus.« 

« Je savais aussi tôt que nous sommes arrivés sur la piste, qu’il était en difficulté parce que vous n’entendez jamais ‘Sam a fait des tests ici, Sam a fait des tests là.’. C’est l’un des ovales d’un mile et demi les plus rapides, et vous devez vous y faire, et ce n’est pas facile. S’il n’effectue pas d’essais, ça va lui prendre plus longtemps pour s’en sortir.« 

Montoya pense que Hornish Jr. devrait faire un maximum de roulage et notamment en Busch Series. Lorsqu’il a demandé à Hornish pourquoi il ne courrait pas en Busch, il lui a répondu que l’équipe manquait de personnel. Afin d’appuyer ses propos, Montoya prend l’exemple d’A.J. Allmendinger, qui est venu au sein du Chip Ganassi Racing faire des courses en Busch, et depuis ce temps, il parvient à se qualifier à pratiquement toutes les courses.