Pourtant à Sebring le spectacle n’était pas pour la victoire au classement général, mais pour la première place en catégorie GT2. Porsche avait lancé sa nouvelle 997 GT3 RSR dans l’espoir de vaincre les très performantes Ferrari F430 GT et le hold up n’est pas passé loin lors de la première course de la saison. Jaime Melo, pilote Ferrari de la Rizi Competizione, était en tête à l’entame du dernier tour mais Jörg Bergmeister revenait très fort au volant de sa Porsche de la Flying Lizard Motorsports.

Et si Jaime Melo commençait son tour avec 0,6 seconde d’avance sur la Porsche, plusieurs petites erreurs du pilote Ferrari ont fait que Bergmeister se retrouva à l’intérieur de la F430 à l’entame de la ligne droite arrière. Les deux pilotes étaient au coude à coude à l’entrée du dernier virage et Bergmeister prenait l’avantage au freinage, mais Melo croisait et reprenait la tête dans la dernière ligne droite, non sans s’appuyer sur la Porsche pour gagner avec 0,2 seconde d’avance. Un écart infime après 12h de course. Surprise de cette course : c’est Acura qui remporta la catégorie LMP2 dès sa première épreuve en ALMS grâce à l’écurie Andretti Green Racing, les Porsche RS Spyder manquant toujours de fiabilité dans les longues courses, notamment dans le domaine électrique.

A St. Petersburg le duel Porsche Audi allait sans doute avoir lieu puisque les Porsche Penske monopolisaient la première ligne alors que McNish était juste derrière en 4ème position. Mais le pilote Audi, un peu trop pressé de passer dès le départ, toucha la Porsche n°7 de Romain Dumas et arracha une partie de l’arrière de cette dernière, provoquant en plus une crevaison pour le Français. Une mauvaise opération pour Dumas donc, mais également pour McNish puisqu’il avait dépassé la Porsche avant la ligne. L’Ecossais écopa d’une pénalité, ce qui n’empêchera pas Audi de faire le doublé devant les deux Porsche Penske et deux Acura, concurrentes de plus en plus sérieuses pour la victoire en LMP2.

La troisième course de la saison se déroulait à Long Beach et allait enfin voir la victoire des RS Spyder jaunes de l’écurie Penske, Dumas – Bernhard devançant Briscoe – Maassen. Mais cette épreuve allait mettre en évidence les difficultés à piloter les Audi sur circuits sinueux puisque la meilleure R10 ne terminait qu’à la 7ème place au général. Ceci s’explique également avec l’accrochage involontaire d’Emanuele Pirro – alors en tête – avec une Porsche GT2. En plus de se retrouver à un tour, l’Italien a perdu toutes chances de victoires.



Cette Porsche n°7 s’imposera également lors de la quatrième épreuve de la saison à Houston, course que Rinaldo Capello aurait pu gagner s’il n’avait pas manqué un freinage à cause d’une crevaison. Finalement il parviendra à revenir sur les deux voitures de tête mais ne les dépassera pas. Au final le duo Dumas – Bernhard l’emporte devant l’Acura Andretti Green pour seulement 0,5 secondes.

Le départ de Salt Lake City était dantesque, et fera polémique puisque Pirro ayant gagné sept places, se retrouvait en tête, après avoir plus ou moins volé celui-ci en accélérant plus tôt que les autres.

Richard Berry se retrouvait dans le bac à graviers dès le premier virage, alors qu’un autre l’imitait à 280 km/h à cause d’un très gros décalage d’un concurrent. Finalement c’est la paire Briscoe – Maassen qui l’emporta, sur un terrain plutôt favorables aux R10. Audi était battue à nouveau, mais la marque aux anneaux se consolera en remportant les 24 heures du Mans quelques semaines plus tard devant la Peugeot 908.

La course de Lime Rock était bien partie pour échapper également aux Audi puisqu’il n’y avait aucune R10 dans le top-5 en qualifications. Il n’y eut aucun suspense : c’est Porsche qui triompha ce jour là, avec Briscoe – Maassen devant Bernhard – Dumas.

A Mid-Ohio le scénario fut à peu près le même, mais cette fois ci c’est la Porsche n°7 qui terminait devant la n°6. Un carton plein réalisé par Porsche donc, mais qui commençait sérieusement à agacer chez Audi. En effet la réglementation ALMS est faite pour rapprocher les performances entre LMP1 et LMP2 pour éviter qu’Audi ne remporte toutes les courses. 2006 n’avait pas trop posé de problèmes puisque Porsche n’avait gagné qu’une seule fois. Mais en 2007 l‘écurie de Roger Penske avait remporté cinq des sept premières épreuves. Si la réglementation n’avantageait pas Audi, leurs problèmes ont fait qu’elles ont souvent été battues sur des pistes pourtant favorables à la marque aux anneaux, telles que Salt Lake City, Houston ou encore Mid-Ohio.



Road America devait permettre à Audi de renouer avec la victoire, puisque ce tracé les avantageait nettement. Mais la météo et la stratégie de Penske allaient encore ruiner les espoirs d’Audi. Après un drapeau jaune de plus d’une heure à cause de la pluie, le peloton repartait groupé et les Audi avaient perdu toute leur avance. Les arrêts aux stands permettaient à Penske de prendre l’avantage puisque l’équipe choisit de ne pas changer de pneus afin de repartir devant les Audi. Cette stratégie était la bonne puisque Timo Bernhard remportait la course avec 1,8 seconde d’avance en profitant également du duel entre les deux Audi en fin d’épreuve. Une défaite mal vécue dans le clan allemand, puisque les pilotes étaient assez énervés à l’issue de ce rendez-vous : “Ils nous ont battu, mais nous reviendrons !” Déclarait Allan McNish.

A Mosport Audi n’est pas passée loin de la victoire, mais la boite de vitesses d’Allan McNish en décida autrement. En effet à 8 minutes de l’arrivée la boite de la R10 se bloqua et il ne lui restait que les deux derniers rapports. Et si Mosport est bel et bien un circuit assez rapide, l’épingle fera perdre 5 secondes par tour au pilote écossais. Malgré le couple énorme du moteur diesel, les deux Penske passeront devant McNish dans les cinq dernières minutes. Une défaite très amère pour Audi puisqu’ils ont perdu la course à cause d’un problème mécanique, chose très rare sur ce prototype.

La course en ville de Detroit ne pouvait échapper aux Porsche RS Spyder. Pourtant à 10 minutes de la fin c’était l’Audi R10 d’Emanuele Pirro qui était en tête, après un restart exécuté bien avant la ligne (interdit par le règlement ALMS). Romain Dumas, en tête avant le restart, et sûrement un peu vexé du comportement de l’Italien, avait donc fait le choix d’aller chercher la victoire au général. Le Français prit la tête lors du freinage précédent la ligne droite arrière, et même si Pirro essaya de tasser la Porsche, Romain était passé devant. Pirro reprit la tête dans la ligne droite mais manqua son freinage. Dumas qui était juste derrière a pris donc définitivement la tête du général et permettait à Penske de gagner sa huitième victoire en dix courses.

Le Petit Le Mans était la dernière grande course d’endurance de la saison. Audi avait soif de victoire et Penske voulait aligner une neuvième victoire au général. La chance décida finalement d’aller vers Audi, qui n’en avait pas vraiment eu lors des manches précédentes, notamment à Road America ou Mosport. A 40 minutes de l’arrivée Romain Dumas avait 30 secondes d’avance sur Dindo Capello. Mais une neutralisation regroupa tout le monde et l’Audi prit l’avantage dans la ligne droite arrière grâce à la puissance de son moteur diesel, et Dumas ne rattrapera jamais la R10, même si l’écart final n’est que de 0,923 seconde.

La dernière manche se jouait à Laguna Seca sur une piste ou toutes les voitures étaient au même niveau, car si la Porsche était plus agile dans les virages la puissance de feu de l’Audi rattrapait le retard lors des relances. Finalement la course se jouait au finish entre Capello et Dumas avec 4 dixièmes d’écart sur la ligne en faveur du pilote Italien, alors que pour la 3ème place le scénario était le même avec Marco Werner qui finissait juste devant Sacha Maassen.



L’Audi R10 aura donc enregistré ses premières défaites en 2007, et Porsche ses premières grandes victoires. Avec 4 victoires Audi contre 8 pour Porsche, la logique a été bousculée, ce qui n’a d’ailleurs pas vraiment plu au constructeur aux anneaux. C’est pour cette raison qu’Audi a donc décidé de s’engager également en LMS l’année prochaine afin de contrer les Peugeot 908, alors que Porsche fournit des RS Spyder à des écuries privées dans ce championnat européen.