En choisissant une course par décade, l’édition de 1959 se retrouve bien sûr seule dans sa décennie mais elle aurait été, de toutes façons, probablement sélectionnée.

Après tout, la première édition des Daytona 500 n’est-elle pas tout simplement la plus importante de l’histoire ? Avec cette photo-finish qui a été analysée pendant trois jours par les officiels avant de désigner le vainqueur.

Cette course de 1959, remportée par Lee Petty, a en quelque sorte établi le standard de ce qui fera le succès des Daytona 500 : le suspense.

Les favoris des Daytona de 1959: Lee Petty, Bob Welborn, Fireball Roberts.

La phrase: La première course sur un tout nouveau circuit gigantesque pour l’époque a fait dire au futur vainqueur de l’épreuve Lee Petty « Nous sommes tous des rookies ».

Les statistiques du vainqueur : Petty s’est élancé de la 15ème place sur la grille. Il a mené 38 tours dont les quatre derniers et a terminé la course avec une vitesse moyenne de 135.521mph.

La course :
Cette édition des Daytona 500 a été la seule dans laquelle des voitures appartenant à la famille des hard-tops et des convertibles ont roulé en même temps. Les pilotes ont eu pour la première fois un aperçu du fameux « Draft » mais n’ont pas pu l’exploiter en raison d’une aérodynamique des voitures encore mal adaptée. Il n’y a eu aucun drapeau jaune durant les 200 tours de la course. En fin de course, Petty et Johnny Beauchamp étaient les deux seuls pilotes dans le tour du leader et ont commencé à s’échanger la tête du peloton.
Petty a passé Beauchamp et mené les tours 150 à 154. Beauchamp a ensuite mené les tours 155 à 161. Petty à nouveau de 162 à 182, Beauchamp 183 et 184, Petty 185 à 187.
Les choses se sont ensuite accélérées avec Beauchamp au tour 188, Petty au tour 189. Beauchamp 190 et 191 et ensuite Petty pour les quatre suivants. Beauchamp a encore mené le 196ème tours avant que Petty ne prenne définitivement l’avantage au 197ème.
Au total, il y aura eu 12 changements de leader en 49 tours.
A l’arrivée, Petty, coincé entre Beauchamp à l’intérieur et le retardataire Joe Weatherly a l’extérieur coupe la ligne d’arrivée en premier. Mais les photos initiales n’arrivent pas à convaincre le président de la Nascar Bill France Sr., qui demande alors à toutes les personnes présentes de fournir leurs photos pour départager les deux pilotes. Petty sera finalement déclaré vainqueur le mercredi 25 février, trois jours après la course.

La suite:
Lee Petty a remporté son troisième titre de Nascar Sprint Cup Series lors de cette saison 1959. Mais il n’a pris le départ que d’une seule autre édition des Daytona 500 en 1960 où il a terminé à la quatrième place. Il avait alors fait savoir qu’il n’était pas à l’aise sur le tri-ovale de Daytona ce qui s’était confirmé l’année suivante lors de son accident durant les courses de qualifications. Les blessures de Petty ont mis fin à sa carrière puisqu’il n’a repris le volant qu’à six reprises par la suite. A noter que l’accident des qualifications avait impliqué Beauchamp, qui lui n’a plus jamais roulé en Nascar après cela.