C’est Paul Tracy qui avait décidé de s’aligner en NASCAR dès la saison 2005, mais le Canadien a très vite compris qu’il n’y avait pas sa place, et il est donc retourné en Champ Car pour ne pas ruiner sa carrière.

Depuis l’été 2006, pas moins de six pilotes de monoplaces ont fait le grand saut, vers la NASCAR. Assurément le grand coup a été réalisé par Chip Ganassi qui a décidé d’engager Juan Pablo Montoya, vainqueur des 500 miles en l’an 2000. Mais voilà, le Colombien est le seul à avoir fait son petit trou dans le monde de la NASCAR.



Jacques Villeneuve :

Le Canadien a fait ses grands débuts lors de l’UAW-Ford 500 sur le Talladega superspeedway en fin de saison dernière. Après une première course encourageante que le Villeneuve terminait dans le tour, Jacques Villeneuve allait peiner jusqu’à la fin de la saison.

Toujours engagé par la Bill Davis Racing en 2008, le Canadien allait rater le Daytona 500, suite à un crash lors de sa course de qualification. L’argent étant le nerf de la guerre en sport automobile, l’écurie a décidé de séparer du Canadien tant qu’il ne trouverait pas un sponsor.

Aujourd’hui, Jacques Villeneuve s’est engagé en Speedcar Series pour les deux derniers meetings de la saison. Il espère ainsi gagner de l’expérience, pour pouvoir s’aligner lors des épreuves routières de Sonoma et Watkins Glen. Le Canadien est toujours à la recherche d’un sponsor.





Getty Images

A.J. Allmendinger :

Grand rival de Sébastien Bourdais en Champ Car en 2006, l’Américain signe chez Red Bull Racing en fin de saison 2006. Mais Allmendinger ne va pas se qualifier une seule fois en 2006.

En 2007 et au volant d’une Toyota Camry pas encore au niveau, Allmendinger va frôler le ridicule en début de saison, avant de se qualifier plus régulièrement. Ratant plus de la moitié des courses, il ne peut espérer accrocher une place dans le top-35 des propriétaires. Il doit donc se qualifier au temps pour les cinq premières épreuves de la saison 2008.

La Gatorade Duel dans laquelle il est engagé se passe bien, pour lui puisqu’il termine aux avant-postes, malheureusement il est le premier pilote éliminé pour le Daytona 500. Sur l’Auto Club Speedway de Fontana il n’intègre pas les 43 qualifiés, et le spectre de la saison 2007 plane toujours sur le pilote Red Bull. Après une troisième non qualification à Las Vegas, A.J. Allmendinger a été écarté par l’écurie Red Bull Racing, et c’est Mike Skinner qui est appelé pour épauler Brian Vickers.

Pour comparaison, après trois épreuves en 2008, Brian Vickers s’était qualifié à chaque fois et avec des courses solides, il était dans le top-20. Allmendinger quant à lui n’avait pas marqué le moindre point.

A.J. Allmendinger a récemment déclaré qu’il ne reviendrait pas avant l’épreuve de Talladega. Une nouvelle contre-performance sur ce circuit pourrait belle et bien clore la carrière en NASCAR de l’Américain.





Chris Graythen / Getty Images for NASCAR

Sam Hornish Jr. :

Triple champion IndyCar (2001, 2002 et 2006), Sam Hornish Jr. a toujours voulu partir en NASCAR. Après avoir remporté le titre en 2006 et les 500 miles d’Indianapolis pour Roger Penske. C’est en fin de saison 2007, que Sam Hornish Jr. fait ses débuts en NASCAR Sprint Cup. C’est à Phœnix qu’il réalise sa seule course avec une COT.

Durant l’intersaison, Roger Penske décide d’inverser les points propriétaires des voitures n°77 et n°2. En temps que champion en 2004, Kurt Busch bénéficiait du statut d’ancien champion pour se qualifier lors des cinq premières épreuves, et ainsi intégrer le top-35. Hornish Jr. profitait quant à lui du bon classement propriétaires de Kurt Busch en 2007 pour les premières épreuves.

Lors du Daytona 500, Sam Hornish Jr. réalisait une belle course en se classant 15ème, son meilleur résultat jusqu’à aujourd’hui. A Fontana puis à Las Vegas, l’Américain a abandonné ; 43ème sur l’Auto Club Speedway puis 41ème à Las Vegas suite à un accident devant lui. Vingt-cinquième à Atlanta, puis vingt-neuvième à Bristol, il est toujours dans le top-35 au classement des propriétaires à l’issue de la cinquième épreuve.

Classé 28ème à Martinsville, Sam Hornish Jr. sort du top-35 pour trois petits points. Obligé de se qualifier au temps pour les Samsung 500 sur le Texas Motor Speedway, l’Américain passe avec succès l’épreuve des qualifications et termine l’épreuve en trente-deuxième position. Sam Hornish Jr. est trente-quatrième et est donc obligatoirement qualifié pour l’épreuve de Phœnix.

Sauf surprise, Sam Hornish Jr. terminera la saison chez Penske, et à l’instar de Juan Pablo Montoya il va se servir de 2008 comme une année d’adaptation, avant de relever la tête la saison prochaine.





NASCAR

Patrick Carpentier :

Engagé par la Gillett Evernham Motorsports, Patrick Carpentier a fait les beaux jours du Champ Car, avant de signer en NASCAR pour cette saison 2008.

Non qualifié d’office pour les premières épreuves, Carpentier ne prend son premier départ de la saison sur l’Atlanta Motor Speedway. Quarantième pour sa première course, il se qualifie de nouveau à Bristol, avant de rater l’épreuve de Martinsville. Patrick revient sur le Texas Motor Speedway et termine l’épreuve en 28ème position.

Le Canadien est actuellement 43ème du classement, il va de nouveau devoir se qualifier au temps pour les prochaines épreuves, et sa place n’est pour l’heure pas remise en cause.





NASCAR

Dario Franchitti :

Véritable coup marketing réalisé par Chip Ganassi en fin de saison 2007, le vainqueur des 500 miles d’Indianapolis et champion en titre de l’IndyCar a remplacé David Stremme au sein de la Chip Ganassi Racing.

Qualifié d’office en début d’année, Dario Franchitti est constant dans ses résultats mais il est trop en retrait par rapport à ses coéquipiers. C’est à Martinsville qu’il signe son meilleur résultat, une vingt-deuxième place. Malheureusement ses trente-troisièmes places à Daytona, Las Vegas et Atlanta associées à sa trente-deuxième position à Fontana et sa trente-sixième place à Martinsville l’ont fait sortir du top-35 à l’issue de la sixième épreuve de la saison.

Obligé de se qualifier sur le Texas Motor Speedway, il se loupe et rate ainsi sa première course de l’année. L’Ecossais devra donc se qualifier au temps lors des prochaines épreuves pour espérer revenir dans le top-35.

Si Dario Franchitti n’arrive pas à élever son niveau, il se pourrait que Chip Ganassi décide de renvoyer le pilote. Sa carrière en stock-car serait alors terminée, et un retour en IndyCar pourrait s’effectuer, mais les portes des top-teams sont closes.





NASCAR

Juan Pablo Montoya :

Arrivé en grandes pompes à l’été 2006, le Colombien a réalisé sa première course sur l’ovale de Homestead-Miami Speedway et a abandonné suite à un accrochage avec Ryan Newman.

Rookie de l’année en 2007, Juan Pablo remporte la course routière de Mexico en NASCAR Nationwide Series, avant de s’imposer dans la vallée de Sonoma en NASCAR Sprint Cup Series en début d’été. Il signe deux premières lignes – Indianapolis et Dover – alors que c’est à Atlanta lors de la quatrième course de l’année (sa cinquième en carrière) qu’il signe son premier top-5.

Malgré ces belles statistiques, le Colombien reste très irrégulier, et reste capable du meilleur comme du pire. En début d’année l’objectif annoncé de Chip Ganassi était une place dans le Chase pour le Colombien. Actuel dix-neuvième du classement il pointe à 135 longueurs de la douzième place. Même si l’objectif parait atteignable il va falloir une série de bons résultats au Colombien pour espérer intégrer le Chase. En sept courses il n’a pas signé encore signé de top-10 cette année. Six fois à l’arrivée dans le top-20 son meilleur résultat est une treizième place sur le Martinsville Speedway.

Juan Pablo Montoya est le seul pilote venu de monoplace qui a réussi son adaptation en NASCAR. Cependant le chemin reste encore long pour le Colombien, qui doit encore prouver bien des choses. Encore très inconstant dans les stands, il doit travailler ces phases de course ; tout comme sa régularité sur la durée des épreuves.