Kyle Busch a une nouvelle fois démontré tout son talent en s’imposant – facilement – sur l’un des circuit les plus difficiles de la saison, le redoutable Darlington Raceway.

Cette victoire est la troisième de la saison pour le plus jeune des frères Busch et marque son huitième Top-10. Il a complètement dominé l’épreuve en menant le peloton à sept reprises pour une total de 169 tours.

C’est la première fois qu’il s’impose à Darlington en 125 départs en NASCAR Sprint Cup. Cette victoire lui permet bien sûr de conserver la tête du championnat qu’il occupe depuis maintenant deux semaines.

Carl Edwards a terminé deuxième devant les coéquipiers de la Hendrick Motorsports Jeff Gordon et Dale Earnhardt Jr.. C’est le jeune David Ragan qui a complété le Top-5 de cette course. L’épreuve de samedi soir a été la première sur ce fraichement resurfacé Darlington Raceway. A l’arrivée, la course a été la plus rapide de l’histoire du circuit avec une moyenne de 140.350 mph malgré les huit drapeaux jaunes.

Busch, qui a mené les 64 derniers tours, n’a cependant pas eu une course très facile, puisqu’il a à plusieurs reprises frotté le mur laissant ainsi les fameuses « Darlington stripes » le long de la carrosserie de sa Toyota.

Parti depuis la sixième place sur la grille, il a également dû remonter le peloton après avoir rencontré un problème dans les stands en début de course.


© Kevin C. Cox/Getty Images

Il n’a pas fallu attendre très longtemps pour que le vieux Raceway face savoir aux pilotes qu’il restait bel et bien l’un des circuits les plus difficiles du championnat même avec une nouvelle surface moins abrasive.

Elliott Sadler a tenté de prendre l’avantage sur Tony Stewart et est venu le percuter avant que le deuxième tour de course ne soit bouclé. Les deux voitures ont été endommagées et Sadler a dû abandonner avant que le soleil ne soit couché.

Pendant que Earnardt Jr. prenait facilement la tête de la course devant l’auteur de la pole position Greg Biffle, l’ancien vainqueur des 500 miles d’Indianapolis, Sam Hornish Jr. récupérait sa « Darlington stripe » au 11ème tour.

Lors du restart, Busch a pris la première place. ‘Rowdy’ – qui est maintenant le plus jeune vainqueur de l’histoire de Darlington – a ensuite dû lever le pied après un contact avec le mur au tour 42, laissant Biffle reprendre l’avantage.


© Jason Smith/Getty Images for NASCAR

Matt Kenseth a ensuite récupéré la première place quand Biffle, Busch et les autres sont rentrés aux stands. Le pilote canadien a lui aussi mené quelques tours avant que Busch et Biffle ne repasse devant.

La course a alors pris son rythme de croisière au passage de 100 tours avec Busch en première position et Biffle juste derrière lui. A partir de là, l’épreuve s’est résumée à une lutte pour la survie entre l’homme et la machine sur ce terrible ovale de 1.366 mile en forme d’oeuf.

A la marque des 120 tours, Busch était clairement le pilote le plus brave des pilotes en menant un train d’enfer. Biffle, Earnhardt, Harvick, Gordon, Truex, Jr., Travis Kvapil et le double champion en titre de la NASCAR Sprint Cup Jimmie Johnson étaient les seuls autres pilotes à pouvoir tenir la cadence et se montrer les rétroviseurs du leader du championnat

Harvick a tenté une attaque à l’intérieur et la sanction a été immédiate. Le pilote de la Chevrolet n°29 est allé percuter le mur du virage 4 au 147ème tour, déclenchant la quatrième neutralisation de la journée.

Lors que la course a repris ses droits, Earnhardt était de retour à l’avant avec Biffle dans son pare-choc. Busch était alors englué dans le peloton après avoir dû repasser par les stands pour un problème d’écrou de roue. Au 170ème, il était déjà de retour dans le Top-10.


© Rusty Jarrett/Getty Images for NASCAR

Au 174ème tour, Earnhardt a frotté le mur, permettant à Gordon de passer en troisième position derrière Biffle et Truex.

A la mi-course (184 tours), le Top-10 était occupé par Biffle, Truex, Gordon, Earnhardt, Hamlin, Johnson, Kvapil, Blaney, Busch et Kenseth.

Biffle a cependant dû abandonner au 234ème tour sur des problèmes de moteur pour finalement terminer à une très décevante 43ème place. Gordon a mené 24 tours et Earnhardt 35.

Au classement général, ce bon résultat permet à Gordon de rentrer dans le Top-12, synonyme d’une qualification pour les playoffs. Ragan fait également une bonne opération puisqu’il est désormais 12ème du classement devant Ryan Newman et Kasey Kahne.