Au cours de la dernière heure de course écoulée, la Lola B05/40 n°40 de Amaral-Pla-Smith a connu des problèmes sur son sélecteur de vitesses au volant.

Elle est rentrée une première fois dans son box à 9h10, les mécaniciens décidant de parer provisoirement la difficulté en installant une commande manuelle. Après avoir repris la piste, elle est rapidement revenu dans les stands pour un démontage complet de la boîte et le changement de quelques pignons.

Quelques minutes plus tard, c’est la Dome Racing Team, dont c’est cette année le retour officiel depuis 1986, qui s’est retrouvé piégée dans un bac à graviers au niveau du virage Ford.

La voiture a pu reprendre la piste mais le pilote a décidé d’effectuer un passage par les stands pour s’assurer que tout était en état. Elle est actuellement 26ème du classement général.

A noter l’abandon de l’Epsilon Euskadi n°21 du trio Gounon-Johansson-Nakano suite à des problèmes de transmission et de la Courage-Oreca LC70 YGK n°22 de l’équipe Tokai University, en proie également à des soucis de boîte de vitesses.

La piste s’asséchant depuis quelques minutes, les responsables Audi ont pris le pari d’équiper les voitures de pneumatiques intermédiaires, en lieu et place des pneus pluie utilisés encore par tous les autres concurrents.

C’est le français Alexandre Prémat sur la n°3 qui en fut le premier équipé, puis ce fût le tour de la voiture n°1 de Marco Werner.

Nous avons vu alors les deux pilotes conduire sur des œufs dans des conditions difficiles de piste encore humide, les deux voitures s’autorisant quelques embardées maîtrisées lors des freinages ou dans certains courbes délicates.

Marco Werner s’est fait surprendre au freinage de la courbe Ford proche de l’entrée des stands et a terminé en tête à queue, fauchant au passage des plots de sécurité.

Le pilote allemand triple vainqueur a ensuite été ensuite signalé au ralenti sur le tour suivant. Il est repassé par son stand perdant de précieuses minutes. Les mécaniciens ont en effet été contraints de démonter le capot moteur et d’effectuer quelques menues réparations, le pilote est toujours harnaché dans son baquet et attend le signal.

L’équipe d’US-Racing.com passe les 24 heures au Mans sur place pour vous faire vivre cette course de l’intérieur.

Vous voulez voir ou savoir quelque chose en particulier ? N’hésitez pas à le demander dans les commentaires. Avec 24h devant nous, nous devrions pouvoir répondre à vos demandes…