Projetons nous une année en arrière. A cette même époque, Scott Dixon arrivait à Richmond en troisième position du championnat, à 52 points de Dario Franchitti. Lors de la manche précédente, il terminait à une modeste dixième place sur l’Iowa Speedway, théâtre d’un nombre incalculable d’accrochages et de crashs.

L’épreuve sur le si particulier ovale de Richmond marquait le retour en état de grâce de Dixon. Un retour dans le top-5 avec une deuxième place derrière l’intouchable Ecossais Franchitti lui permis de remonter dans le classement et d’affirmer son statut de challenger dans la course au titre. Sur les huit dernières courses, le pilote de Chip Ganassi en remportait la moitié et perdait le titre sur une panne d’essence. Bilan de cette fin de saison tonitruante sur les neuf dernières courses :

  1. Dixon : 370 pts
  2. Franchitti : 331 pts

Ce n’est donc pas par hasard que l’on s’attarde sur cette performance puisque le prochain rendez-vous de l’IndyCar a lieu sur cette piste en Virginie. Le bilan de l’année entre la course de 2007 et avant celle de 2008 montre les statistiques suivantes :

  • 17 courses
  • 7 victoires
  • 4 deuxième places
  • 2 troisième places
  • 16 top-10
  • 823 tours menés

Lorsque l’on demande à Dixon comment il peut expliquer ses performances, c’est avant-tout une performance d’équipe :
« Cet élan est pour moi un reflet direct du travail que l’équipe fait au sein de Chip Ganassi Racing. Je suis suffisamment chanceux d’avoir un coéquipier génial (Dan Wheldon) ainsi qu’un super propriétaire (Chip Ganassi) qui donnent de l’importance à ce que vous pensez et vous mettent dans la meilleure position possible pour prétendre à la victoire. Pour être honnête, je ne regarde ps vraiment les chiffres. Nous en tant qu’équipe sommes concentrés sur une course à la fois et c’est tout ce que nous pouvons faire chaque week-end.«