Le top-5 : ‘déjà qualifiés’

Bien que pas encore mathématiquement qualifiés, il est quasi impossible de ne pas retrouver les cinq premiers du classement qualifiés pour le Chase.

Cinquième du classement, Jeff Burton compte 332 points d’avance sur le premier éliminé. Et la régularité du pilote de la Richard Childress Racing devrait jouer en sa faveur. Avec une victoire cette année, les Food City 500 sur le Bristol Motor Speedway, Burton est assuré de démarrer le Chase avec 5010 points.

Double champion en titre, Jimmie Johnson a eu du mal à trouver le bon rythme cette année. Une victoire à Phoenix en début d’année grâce à une stratégie calculée au plus juste par Chad Knaus, ainsi qu’un succès à Indianapolis permettent à Johnson d’avoir un capital minimal de 5020 points au débuts des plays-off. Cependant avec la forme retrouvée de Johnson et de la Hendrick Motorsports, il n’est pas impossible que ce capital se bonifie.

Quatre victoires cette année, mais seulement 30 points de bonus à cause d’un déclassement à Las Vegas, Carl Edwards est le deuxième pilote le plus victorieux cette saison, il est aussi le meilleur pilote Ford et est très nettement devant ses coéquipiers.

Après 2004 et 2006, Dale Earnhardt Jr. sera dans le Chase en 2008, Depuis qu’il a quitté la DEI, Dale Earnhardt Jr. semble avoir retrouvé une stabilité qui lui faisait défaut au sein de la Dale Earnhardt Incorporated. Dale a également retrouvé le chemin de la victoire, c’était au Michigan grâce à une stratégie calculée au plus juste.

Avec sept victoires cette année, Kyle Busch est l’homme fort de cette saison régulière, même si depuis quelques courses il rentre dans le rang et n’est plus aussi dominateur qu’en début de saison. Selon toutes vraisemblances le pilote de la Joe Gibbs Racing devrait aborder le Chase avec un minimum de 5070 points. Mais au contraire d’un Jimmie Johnson, il n’est pas sur que ses points de bonus au soir de Richmond soient plus importants qu’aujourd’hui.





C’est presque fait pour Jeff Gordon

© Getty Images for NASCAR

Jeff Gordon : ballottage favorable

Le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series devrait faire parti des qualifié pour le Chase pour la troisième année consécutive et la quatrième fois en cinq ans. Jeff profite du retour en forme de la Hendrick pour refaire surface au classement mais la domination de l’année passée semble bien loin pour le ‘Rainbow Warrior’.

Avec deux poles cette année, la ligne de statistiques de Jeff Gordon n’est pas vierge, mais il lui manque le plus important, une victoire qu’il n’a plus connu depuis octobre 2007 et les Bank of America 500 sur le Lowe’s Motor Speedway. Actuel sixième du classement avec 381 points de retard sur Kyle Busch et 177 d’avance sur Matt Kenseth treizième du général.

Sur les cinq courses restantes avant le début du Chase, Gordon sera dans l’obligation, d’assurer de bons résultats afin de sécuriser sa position, mais il devra également essayer d’aller chercher des victoires et par conséquents des points de bonus.



Places 7 à 12 : avenir incertain

Kasey Kahne est loin d’être assuré de participer au Chase. Le pilote de la Gillett Evernham Motorsports est bien entendu le meilleur pilote Dodge de la saison mais il ne compte que 91 points d’avance sur le treizième. Et au contraire des six premiers, Kahne risque de trembler lors de la course de Richmond.



Greg Biffle est dans le top-12, de manière définitive ?

© Getty Images for NASCAR

Greg Biffle est l’un des quatre chasers sans victoire en cette saison 2008. Auteur de saisons 2006 et 2007 des plus décevantes le pilote de la Roush Fenway Racing ne semble pas totalement en confiance avec sa Ford Fusion. Bien qu’assuré de son avenir, Biffle a du mal à revenir à son meilleur niveau (2005.).

Le cas de Tony Stewart est lui aussi assez complexe. Après un début de saison en demi-teinte, comme il en a l’habitude, tous les observateurs s’attendaient à ce que ‘Smoke’ redresse la barre pendant l’été. Mais voilà, archi dominé par Kyle Busch, Stewart n’est plus le leader de la Joe Gibbs Racing comme il a pu l’être par le passé. L’annonce de son départ au sein de son écurie, pourrait lui jouer des tours d’ici la fin de la saison et Stewart est loin d’être assuré de faire le Chase. Mais il faudra compter sur le panache de Stewart d’ici Richmond pour aller décrocher une ou plusieurs victoires et aussi se qualifier pour les plays-off.

Après une victoire à Martinsville qui était venue couronner un très bon début de saison, Denny Hamlin est rentré dans le rang et souffre lui aussi de la comparaison avec son jeune coéquipier. Avec seulement 46 points d’avance sur Kenseth, Hamlin devrait lui aussi passer des jours difficiles dans les prochaines semaines.

Kevin Harvick voit rouge depuis plusieurs semaines. Le pilote de la Richard Childress Racing a profité d’un bon résultat à Pocono pour revenir dans les douze premiers, mais sa situation est très précaire. De plus Harvick est le quatrième des douze qualifiés à ne pas compter de victoires en 2008.

A l’instar d’Harvick, Clint Bowyer devra s’employer jusqu’au soir de Richmond pour se qualifier pour le Chase. Le point positif pour Bowyer est que sa seule victoire de la saison est intervenue lors de la première course de Richmond.



Kenseth, Ragan : rien n’est perdu

Toujours qualifié pour le Chase, Matt Kenseth est aujourd’hui le premier éliminé. Mais d’ici Richmond il faudra compter sur la régularité de Kenseth. Toujours en panne de victoire à ce jour, cela pourrait bien changer dans les prochaines semaines avec des circuits qui réussissent plutôt bien au pilote de la Roush Fenway.



Deuxième saison plutôt réussie pour Ragan

© Getty Images for NASCAR

David Ragan pourrait bien être la grosse côte de se Chase. Actuel quatorzième du championnat à 46 points d’une place qualificative, Ragan s’améliore au fur et à mesure qu’il prend de l’expérience. Après une saison de rookie mi-figue mi-raisin Ragan s’affirme de plus en plus au sein de la Roush Racing et nul doute qu’une qualification pour le Chase lui permettrait de pérenniser son avenir au volant de la n°6 de la Roush Fenway Racing.



Newman, Vickers : c’est plus que compromis

Après avoir remporté les Daytona 500, on pensait Ryan Newman décomplexé, mais il n’en est rien. Le pilote de la Penske Racing a toujours eu des résultats en dents de scie. Reste que pour combler les 173 points de retard qu’il a sur Bowyer Newman n’a plus le droit à l’erreur et devra compter sur un ou plusieurs faux pas de ses adversaires.

Après une première saison avec Toyota des plus difficiles au sein de la Red Bull Racing, Brian Vickers se sent de mieux en mieux cette année, et la progression fulgurante de Toyota à l’inter-saison y est sans doute pour quelque chose. Mais le quatrième pilote Toyota va avoir beaucoup de difficultés à combler 203 points de retard sur la douzième place pour intégrer le Chase. Car si Vickers a pour lui sa régularité il ne fait que peu de coups d’éclats. Il lui reste pas mal de travail pour être aux avants-poste lorsque c’est nécessaire.



Kurt Busch, Truex Jr., … : les grandes déceptions

Les 150 points de pénalités reçus par Martin Truex Jr. à Daytona au début du mois dernier auront certainement eu raison des derniers espoirs de Chase pour le pilote DEI, qui n’a pas confirmer les espoirs placés en lui la saison dernière.

La seconde place obtenue en ouverture de la saison sur le Daytona International Speedway aura été en trompe l’œil pour Kurt Busch qui par la suite n’a cessé de chuter inexorablement vers les profondeurs du classement.

Toujours aussi peu à l’aise avec sa Ford Jamie McMurray était présenté comme un potentiel chaser en début d’année, mais la réalité a une nouvelle fois rattrapé McMurray qui est de loin le moins bon des pilotes Roush. Si son coéquipier Ragan parvient à se qualifier pour les plays-off, Jamie dira certainement au revoir à la Roush Racing même si depuis quelques semaines il affirme vouloir y rester.



Casey Mears : l’une des plus grosses déception de la saison

© Jason Smith / Getty Images for NASCAR

Comme McMurray, Casey Mears est en train de vivre une saison noire chez Hendrick. Après une première saison des plus moyennes, Mears n’a pas trouvé ses marques dans cette dream team et ne ferra pas parti des plays-off.

Comment ne pas parler de Juan Pablo Montoya lorsque l’on aborde les grandes déceptions de cette année. « Le chase ou alors tu es foutu » tels furent les mots de Chip Ganassi quelques jours avant le coup d’envoi de la saison. Même s’il est le meilleur pilote de l’écurie Ganassi, le Colombien est loin d’être au niveau et est même deux places derrières Mark Martin qui compte cinq courses de moins cette saison ! Certes il y a eu plusieurs changements de crew chief, mais cela ne peut être une explication plausible à la dégringolade au classement de l’ancien pilote de Formule 1 et de CART, qui au soir de Talladega était douzième.