Suite à l’affaire de triche survenue après la course du Michigan sur les voitures 18 et 20 de la Joe Gibbs Racing en Nationwide Series, la NASCAR a décidé de punir très sévèrement cette écurie comme elle le fait en NASCAR Sprint Cup. Pour mémoire, la NASCAR a retrouvé des aimants dans les moteurs des deux Toyota, ce qui avait pour incidence de ne pas faire connaître la puissance moteur réelle des Camry aux officiels lors des contrôles d’après course.

Comme prévu, la NASCAR n’y est pas allé de main morte sur les pénalités puisqu’elle a infligé pas moins de 150 points de pénalité aux deux pilotes concernés, Tony Stewart et Joey Logano, qui sont également placé sous probation jusqu’au 31 décembre. De plus Joe Gibbs, propriétaire des deux voitures, a également pris 150 points en moins dans le classement propriétaires, et ce pour chacune des deux voitures.

Les écuries ont violé les articles 12-4-A (action au détriment d’une course de stock car), l’article 8-9 (impossibilité pour la NASCAR de vérifier correctement la puissance réelle des voiture afin de rendre la compétition plus équitable). L’article 12-4-Q a également été contourné (composant de la voiture non conforme à la règlementation NASCAR) ainsi que l’article 12-4-K.

En plus des pénalités au classement général, Jason Ratcliff, crew chief de la n°18 ainsi que Dave Rogers, crew chief de la n°20, ont écopé d’une amande de 50.000 $ mais surtout, ils sont suspendus à vie par la NASCAR.

Dans l’écurie n°18, en plus du crew chief, Dorian Thorsen (responsable de la voiture), Michael Johnson (responsable moteur) ainsi que Toby Bigelow (chef de cette écurie) sont tous suspendus à vie.

Même chose dans l’écurie n°20 avec Richard Bray (responsable de la voiture) Dan Bajek (responsable moteur), qui écopent de la même sanction que leurs homologues.

En plus de cela, les teams n°18 et n°20, dans leur intégralité, sont placés sous probation jusqu’à la fin de la saison de la Nationwide Series.