Depuis la course d’Indianapolis qui avait vu une explosion incalculable de pneumatiques, Goodyear avait décidé de travailler plus durement afin de fournir de meilleurs pneus aux différentes équipes, pourtant lors de cette course de Talladega, le manufacturier est une nouvelle fois retombé dans ses travers.

Dale Earnhardt Jr. a d’abord crevé lors des essais vendredi puis hier lors de la course c’est David Reutimann qui a ouvert le bal des crevaisons, ce fut ensuite Brian Vickers qui a par ailleurs été à l’origine d’un big one. Enfin Mike Wallace puis Denny Hamlin ont par ailleurs explosé un pneumatique.

C’est Hamlin qui a le plus souffert de l’explosion de son pneu puisqu’il a dû faire un tour à l’hôpital suite à un mal de tête et une douleur à la cheville. « Il est conscient et il a un peu mal à la tête, c’est ce qui arrive après ce genre d’accident » affirmait J.D. Gibbs à l’issue des AMP Energy 500.

Rick Heinrich, l’un des responsables de chez Goodyear a affirmé que toutes les crevaisons étaient différentes, que ce soit pour les pneus avant ou arrière. Il s’agissait pourtant des mêmes pneumatiques que ceux utilisés lors des Aaron’s 499 à la fin avril. Lors de cette première course de la saison sur le Talladega Superspeedway, Matt Kenseth avait crevé.

« Nous ne pouvons rien pointer du doigt. Il y a trop de possibilités pour expliquer ces problèmes. Je sais juste qu’il y a eu une tonne de contacts, des contacts très durs entre les différentes voitures. C’est l’une des possibilités que nous considérons » a déclaré Rick Heinrich durant l’épreuve.

Ces incidents survenus hier à Talladega ont une nouvelle fois fragilisé Goodyear qui semble avoir des difficultés à fournir des pneus compétitifs aux différentes équipes.