© Rusty Jarrett/Getty Images for NASCAR

Tony Stewart a survécu à deux gros accidents et un nombre record de leaders pour remporter dimanche les AMP Energy 500 sur le Talladega Superspeedway, définitivement l’un des circuits les plus excitant du calendrier. Stewart a résisté aux attaques du rookie Regan Smith, qui a effectué un dépassement incroyable sous la ligne jaune en essayant de battre le double champion de la NASCAR. Smith a coupé la ligne en premier, mais le règlement de la NASCAR interdit ce genre de dépassement et le jeune pilote a été déclassé.

Cette victoire est la première de Stewart sur le Talladega Superspeedway et elle met fin à une journée incroyable durant laquelle de nombreux candidats au titre ont perdu tout espoir de remporter l’épreuve lors d’un gros crash à seulement 14 tours du drapeau à damier.

L’accident a débuté quand Carl Edwards a perdu du grip au volant de sa Ford alors qu’il était à l’avant du peloton. Cela a créé une réaction en chaîne impliquant envoyant plusieurs voitures en tête à queue dont celles de Edwards, son coéquipier Greg Biffle, Kevin Harvick, Matt Kenseth, Dale Earnhardt Jr., et plusieurs autres pilotes non engagés dans les playoffs comme Juan Pablo Montoya, Travis Kvapil, Dave Blaney, Michael Waltrip et Reed Sorenson.


© Jerry Markland/Getty Images for NASCAR

La course nous a offert un nombre impressionnant de leaders différents et le record historique a été battu avec dimanche pas moins de 27 pilotes qui ont au moins mené un tour.

Le coéquipier de Smith, Paul Menard a terminé deuxième derrière Stewart. Smith a été déclassé et a finalement terminé la course à la 18ème place pour avoir coupé la ligne intérieure.

David Ragan a terminé troisième, Burton quatrième et Bowyer cinquième. Bobby Labonte, Scott Riggs, Robby Gordon, Jimmie Johnson et Elliott Sadler ont complété le Top-10.

Johnson peut s’estimer heureux de terminer dans le Top-10 au volant d’une voiture très peu compétitive. Johnson a perdu un tour en début de course et évité de justesse un accident avec Jeff Gordon.


© Jerry Markland/Getty Images for NASCAR

Kyle Busch, qui a mené la course, a finalement terminé 15ème. Harvick a coupé la ligne à la 20ème place après avoir été un sérieux prétendant à la victoire.

Devant un public de Talladega donnant de la voie et suivant la course debout, les pilotes de la NASCAR Sprint Cup nous on offert un superbe spectacle en roulant côte à côté ou collé au pare-choc de la voiture de devant à plus de 195 mph de moyenne.

L’auteur de la pole position, Kvapil a mené un tour, puis ce fut Vickers et enfin Edwards. Les pilotes se sont ensuite échangés la tête de la course très régulièrement et le peloton n’a pas arrêté de changer de physionomie.

Par exemple, Montoya roulait en deuxième position au tour 11 et il a chuté à la 24ème place au 13ème tour. Le rookie Aric Almirola a sauté en tête au tour 15. Juste un tour plus tard, Ragan a pris la tête en rasant la voiture de Kvapil.

Les spectateurs sont entrés en transe quand au 25ème tour, Earnhardt a coupé la ligne à l’avant de peloton pour la première fois. La « Junior Nation » est en effet très présente de ce côté des Etats-Unis.

Pour le leader du championnat, Johnson, la journée ne se passait pas aussi bien puisqu’au même moment il perdait un tour. Kvapil a repris la tête au tour 30. Le pilote à l’avant du peloton changeait si rapidement qu’il était difficile pour les pilotes et les spectateurs de savoir qui était en tête à chaque instant. La première neutralisation de la course a été déclenchée au 34ème tour.


© Chris Graythen/Getty Images

Après une séance de ravitaillement, Gordon a été le premier à revenir sur la piste devant Truex, Jr. et Burton.

Burton a rapidement pris l’avantage, mais a tout de suite été passé par Kenseth. Vickers a ensuite failli s’accrocher avec Johnson, en lutte pour essayer de rattraper son tour de retard.

Une nouvelle neutralisation pour débris a été déclenchée au 45ème tour alors que Mears était en tête.

Au drapeau vert, c’est Sadler qui pointait en tête. C’est à ce moment que la journée de Ryan Newman s’est terminé quand son moteur a rendu l’âme pendant que Kyle Busch passait en tête bien aidé par son coéquipier Hamlin.

Kurt Busch a coupé la ligne à la première place juste avant que Gordon et David Reutimann ne partent en tête à queue au 52ème tour. Reutimann a éclaté un pneu et Gordon, en voulant l’éviter, a percuté le mur extérieur. Jon Wood a également été impliqué dans cet accident. Johnson a eu un peu de chance et a évité in-extrémis son coéquipier. Le drapeau jaune suivant lui a en plus permis de revenir dans le tour en profitant de la règle du « lucky dog ».

Malheureusement pour Kurt Busch – coéquipier de Newman – durant cette neutralisation ses mécaniciens ont ouvert le capot de sa Dodge et ensuite décidé de la rentrer au garage.

Vickers est ressorti des stands en tête avec derrière lui Kvapil, Mike Skinner, Kyle Busch et Sorenson.


© Jason Smith/Getty Images for NASCAR

Kahne a pointé sa Dodge n°9 à l’avant du peloton collé par Jamie McMurray. Puis nous avons eu trois voitures de front avec Sorenson et Truex, Jr.. Mais c’est finalement McMurray qui a eu l’avantage.

Mais ce dernier s’est tout d’un coup retrouvé sans partenaire de draft et Earnhardt a propulsé son ancien coéquipier Truex en tête avant de lui reprendre.

Montoya a lui aussi mené à ce moment de la course.

Mais le véritable grabuge à Talladega a commencé au tour 65 quand Vickers a crevé. Sa Toyota est partie directement dans la voiture de McMurray déclenchant un effet de dominos avec Terry Labonte, Almirola, Truex, Skinner, Kahne, Tony Raines et David Gilliland.

Les officiels de la NASCAR ont du arrêter la course pour pouvoir nettoyer convenablement la piste. Après une neutralisation de 20 minutes, l’action a repris avec Earnhardt aux commandes du peloton devant Paul Menard et Burton.

Au tour suivant c’est Hamlin qui était pointé en tête. Une fois encore la première place est passée entre plusieurs mains très rapidement. Johnson a même réussi à mener pour la première fois de la course avant qu’Earnhardt ne reprenne l’avantage. Stewart a émergé du peloton au tour 80 avec Mike Wallace dans son draft.

Un autre problème de pneu sur la voiture de Mike Wallace a déclenché une nouvelle neutralisation au tour 81. Au restart, Kyle Busch était en tête devant Earnhardt et Montoya.

A 14 tours de l’arrivée, plusieurs candidats à la victoire et au titre ont été impliqués dans le deuxième gros accident de la journée. Tout a commencé quand Carl Edwards, essayant de faire le draft avec son coéquipier Greg Biffle dans le virage n°3, l’a tapé un peu trop fort et a envoyé la Ford n°16 en tête à queue devant tout le peloton. Il s’en est suivi un gros carambolage qui a éliminé de nombreux pilotes.

Malgré sa course difficile, c’est Johnson qui fait la bonne opération au championnat puisqu’il profite des accidents de ses deux rivaux Edwards et Biffle. Le double champion en titre possède désormais 72 points d’avance sur Edwards. Grâce à cette victoire, Stewart gagne quatre places au classement général et pointe désormais en septième position.