Cette entrevue, réalisée à Wembley lors de la Course des Champions 2008, a été l’occasion pour nous de discuter avec Carl Edwards de sa saison mais aussi de ses relations avec ses coéquipiers de la Roush Racing. La majorité des questions posées sont issues de vos propositions sur le forum. Merci de votre participation.

US-Racing.com: Vous venez d’effectuer deux saisons (Sprint et Nationwide) exceptionnelles. Que vous a-t-il manqué ? Allez vous aborder la saison 2009 différemment ?

Carl Edwards: Nous avons marqué virtuellement le plus de points, nous avons gagné le plus de courses, nous nous sommes vraiment amusés mais nous avons raté deux courses pendant le Chase. Talladega bien sûr où j’ai causé l’accident et sur le Lowe’s Motor Speedway où nous avons eu des problèmes d’allumage sur la voiture. Jimmie Johnson a de son côté été très régulier, il n’a pas fait d’erreurs et nous a battu. A l’avenir nous allons donc devoir limiter ces mauvais jours mais vous savez on ne peut pas assurer parce qu’il faut gagner des courses pour remporter un championnat.

Où en sont vos relations avec vos coéquipiers et plus particulièrement avec Matt Kenseth ?

(Rires)… Oh ! Elles sont bonnes….(Pause)….Vous savez c’est le jeu. C’est la course. Nous faisons 36 courses dans l’année et la compétition est bien sûr très présente. Il y a parfois des tensions mais tout est très vite oublié. Nous en plaisantons maintenant avec Matt….

Comment arrivez vous à économiser autant de carburant ? Quel est votre truc ?

(Rires)… Je ne vais pas donner mon truc ! Plus sérieusement, c’est vraiment lié à ma façon de piloter la nouvelle voiture. J’arrive a consommer moins que les autres tout en conservant une bonne vitesse sur la piste. Mais je n’arrive pas à croire que cela ait payé à deux reprises cette année. Nous avons remporté deux courses grâce à une stratégie basée sur la consommation quasiment de la même manière. Je n’ai jamais vraiment voulu être un pilote qui joue la consommation mais cela a bien marché pour nous cette saison.


© US-Racing.com

Aviez vous un modèle quand vous étiez jeune ?

Oui, mes parents. Mon père en particulier. Il a pas mal roulé dans une série régionale du côté de chez nous. Il a toujours été un pilote très intelligent.
Maintenant c’est Mark Martin. C’est le gars que j’appelle quand j’ai un problème à réglé ou une question sur la course.

Envisagez-vous d’avoir le même type de carrière que lui ?

J’espère qu’elle sera aussi longue oui mais avec des titres…

Toujours avec le back-flip ?

Le back-flip est en fait la chose la plus facile pour moi dans une victoire. Le plus difficile est bien sûr de d’abord gagner la course. Si je gagne encore des courses à plus de 50 ans j’espère également pouvoir encore faire des back-flips. Nous verrons bien.
Mais si je gagne ce soir je vous garantis que j’en fait un énorme !

C’est aujourd’hui votre première journée en Europe. Quelles sont vos impressions et que pensez vous du concept de la Course des Champions ?

D’abord je souffre vraiment du décalage horaire. J’ai eu un gros coup de fatigue il y a quelques minutes mais le fait d’avoir repris le volant cela m’a remis les idées en place. Les pilotes présents ici sont vraiment sympas. C’est un groupe très fun. J’ai pu discuter un peu avec certains et l’ambiance est très détendue. Coulthard est très sympa….

A ce moment de l’entrevue, Sébastien Loeb arrive et de façon assez surréaliste, Carl Edwards lui tend la main en se présentant. « Bonjour, moi c’est Carl Edwards… » Loeb lui sert la main et continue sa route sans un mot… No comment !

Juste le faite d’être ici avec tous ces champions c’est déjà un truc énorme pour moi en plus je représente les Etats-Unis avec Tanner, c’est vraiment cool.

En voyant tous ces pilotes, y a-t-il des disciplines dans lesquelles vous aimeriez courir dans le futur ?

Oui bien sûr, je rêve de piloter une Formule Un. Mais qui n’en rêve pas ?
J’ai 29 ans et je n’ai pas encore l’opportunité d’ essayer beaucoup de chose mais j’aimerais beaucoup.
Nous pouvons suivre le championnat de F1 aux Etats-Unis et j’ai regardé la finale au Brésil. A la fin de la course j’étais debout devant ma télévision dans mon motor-home.

Avec la crise actuelle êtes vous confiant dans l’avenir de la Roush Fenway Racing ?

Oui…très confiant. D’abord je suis confiant pour Ford. Je pense qu’ils vont faire les bons choix et qu’ils vont rebondir. Pour la Roush je suis également confiant. Les deux propriétaires sont des personnes très intelligentes et qui savent quoi faire dans ce genre de situation. La Roush ne devrait pas avoir de problème et j’espère être encore en lutte pour le titre en 2009.

Quel est votre circuit préféré et celui que vous apprécié le moins ?
J’ai plusieurs circuits favoris. Les deux principaux sont Sears Point et Atlanta qui sont en fait les circuits qui demandent le plus au pilote. Par contre j’ai vraiment du mal avec Martinsville. C’est de mieux en mieux avec les années mais cela reste encore difficile.


© US-Racing.com

Parmi vos neuf victoires de cette saison, quelle est celle qui vous a le plus marquée ?

(Longue pause…) Je pense que la finale à Homestead a vraiment été une belle victoire pour nous. Nous avons fait ce que nous devions à ce moment de la saison.

Que pensez-vous de la décision de Tony Stewart de créer sa propre équipe ? Avez vous envie de suivre un jour le même chemin ?

Vous savez, je pense que tous les pilotes vous regardent avec attention, ce qu’il va faire et surtout s’il va réussir ou échouer. Parce que si quelqu’un peut le faire… si Tony peut le fait je vous garantis qu’il va y avoir beaucoup de nouvelles équipes dans les années à venir.

Quel est votre programme après la Course des Champions et avant les Daytona 500 ?
En quittant ici, je pars pour Bangkok en Thaïlande pour faire un circuit en vélo puis je vais me marier le 3 janvier avec la plus belle femme du monde. La bonne nouvelle pour moi c’est qu’ils ont décidé d’annuler les tests à Daytona. Il y aura quand même quelques séances mais rien à voir avec ce que l’on a pu faire pas le passé.

Mais c’est bien parce qu’il n’y a aucune raison de faire des tests à Daytona. Avec la nouvelle voiture, vous ne pouvez rien ajuster donc cela revient quasiment à tourner en rond pendant trois jours.

Justement que pensez vous de la nouvelle voiture ?

J’aime la nouvelle voiture. Quoi que l’on dise, elle a resserré les écarts entre les équipes .Elle a redonné du pouvoir au pilote en limitant l’impact de la voiture sur les performances.

Vous avez pas mal de fans en France, pouvez-vous nous dire quelques mots en français ?

J’ai pris des cours de français pendant deux ans parce que j’avais craquée sur la prof et je n’ai jamais rien appris !! Mais je peux te dire qu’elle en valait vraiment le coup…

Ecoutez les quelques mots de Carl Edwards en français: