Si la saison 2008 de Kurt Busch a été désastreuse, que dire de celle de son équipier Ryan Newman, qui n’aura pas plus briller. Cependant ‘Rocketman’ a pour lui une victoire aux Daytona 500, ce qui lui ‘sauve’ sa saison.

La saison ne pouvait donc pas mieux commencer pour Ryan Newman, qui qualifié septième à Daytona allait mener huit tours pour finalement s’imposer, bien aidé par son coéquipier d’une part, et par Tony Stewart et Kyle Busch qui n’ont plus drafté ensemble quand il le fallait.

Cette victoire devait donner le moral à toute l’équipe n°12, et Newman allait concrétiser cela par une dixième place à Fontana puis deux quatorzièmes places à Las Vegas et Atlanta. Trente-troisième à Bristol, voilà le premier coup d’arrêt pour Newman cette saison.

Il rebondira avec une dix-neuvième place à Martinsville puis une quatrième place au Texas. A Phoenix, ‘Rocketman’ signait une pole sa première de l’année, mais aussi sa dernière. Mais son moteur allait partir en fumée peu avant la mi-course résultat une dernière place.

Pour le retour des plaques de restriction, à Talladega, Newman s’en sortait de nouveau avec les honneurs. Après avoir mené cinq tours il prendra la huitième place avant d’enchaîner avec une sixième place à Richmond.

Mais la saison de Newman allait changer après cette course de Richmond, et un coup de moins bien allait se faire sentir dès la semaine suivante à Darlington. En ce week-end de fête des mères outre-Atlantique, il ne pourra faire mieux que trente-septième.

Vingt et unième au Lowe’s puis quatorzième à Dover il sera dix-huitième à Pocono avant d’enregistrer son deuxième abandon de l’année au Michigan. Il sera quarante-deuxième après une casse moteur.

C’est sur le circuit routier de Sonoma que Newman allait – enfin – se reprendre avec un top-10 tant au départ qu’à l’arrivée. Qualifié neuvième, il terminera septième. Quinzième à Loudon, il terminera la première partie de la saison par une nouvelle déconvenue, une trente-sixième place sur l’ovale de Daytona.

A mi-saison, Ryan Newman comptait donc une victoire – et pas n’importe la quelle – deux top-5 et six top-10. Mais à l’instar de Kevin Harvick – vainqueur des 500 miles de Daytona en 2007 – la saison s’annonçait difficile. Mais au contraire du pilote de la Richard Childress Racing la saison précédente, la qualification pour le ‘Chase’ semblait plus délicate pour Newman, qui même s’il n’était que dix-septième au soir de Daytona, était sur une spirale négative au niveau de ses résultats.

La seconde moitié de la saison s’ouvrait par une dixième place à Chicago puis par une treizième dans le semblant de course disputé à Indianapolis.

Quatorzième à Pocono, il ne pourra faire mieux que vingt-sixième à Watkins Glen puis vingt et unième au Michigan. A Bristol pour l’épreuve nocturne, Newman relèvera la tête avec une sixième place à l’arrivée. On ne le saura pas encore à cette époque là, mais il s’agissait bel et bien du huitième et dernier top-10 de la saison pour Newman.

La longue décente aux enfers de cette fin de saison avait pour commencement l’Auto Club Speedway avec une seizième place. Il sera trente-troisième de la dernière course de la saison régulière et bien évidemment il ne se qualifiera pas pour le Chase.

Les playoffs débuteront par un abandon, une trente-sixième place, suite à une casse moteur. Treizième à Dover, puis seizième au Kansas les mauvais résultats allaient reprendre le pas dès la course suivante.

Et pour cause, à Talladega Newman allait casser son deuxième moteur en quatre courses, mais aussi son quatrième de l’année. Résultat, comme à Phoenix plus tôt dans la saison une dernière place à l’arrivée.

Vingt et unième au Lowe’s, Newman réalisait l’exploit de mener dix tours. En effet, lors de cette course disputée sur le Lowe’s Motor Speedway, Ryan Newman a mené une course pour la première fois depuis la course de Dover au Printemps, soit un intervalle de dix-sept courses sans le moindre tour parcouru en tête.

Vingt-troisième à Martinsville à quelques trois boucles du vainqueur, Newman ne pourra faire mieux que seizième à Atlanta après être parti dix-septième sur la grille, alors que l’ovale géorgien est l’un de ceux qui lui seyait le plus en qualifications par le passé.

Au Texas, Newman terminera à trois tours du vainqueur en vingt-huitième position, alors qu’il ne pouvait faire mieux que trente-quatrième à Phoenix à plus de dix tours. La lente agonie du vainqueur des Daytona 500 prendra fin par une vingt et unième place à Homestead.

La saison 2008 s’était pourtant bien engagée pour Ryan Newman, mais hélas cela aura été de courte durée. A l’instar de son coéquipier Kurt Busch les statistiques de Newman sont tout bonnement mauvaises, témoignant une fois encore la saison calamiteuse effectuée par Newman et toute l’équipe Penske. En trente-six courses, Newman a enregistré une pole, une victoire, deux top-5 et seulement huit top-10. Pire encore celui qui est surnommé ‘Rocketman’, pour sa facilité à faire des poles, ne se sera élancé qu’à huit reprises du top-10.

Vivement la saison 2009 pour Ryan Newman, même si celle-ci s’annonce particulièrement compliquée bien que n’ayant pas encore commencée. Ryan a en effet décidé de rejoindre Tony Stewart dans sa nouvelle équipe, la Stewart-Haas Racing. Bien que cette équipe ait un partenariat avec la Hendrick Motorsports, il faut s’attendre à ce que la saison soit difficile tant pour le double champion de la NASCAR Sprint Cup Series que pour Newman, qui pilotera pour la première fois de sa carrière une Chevrolet.