S’il y a bien une équipe qui aura brillé l’espace d’une course puis qui se sera faite très discrète lors des trente-cinq autres rendez-vous c’est bien la Penske Racing South. Sam Hornish Jr. qui débarquait de la monoplace a effectué une saison de rookie catastrophique alors que ses deux coéquipiers ont été totalement dépassés et n’ont jamais su relever la tête.

Pourtant à Daytona la saison était bien lancée par un retentissant doublé, le premier de l’équipe du capitaine sur une course à plaque de restrictions. Newman s’est imposé devant Kurt Busch. Ce dernier était parti bon dernier, profitant de la place provisionnelle allouée à un ancien champion. Kurt a réussi à remonter tout le peloton et aura mené neuf tours. Mais dans les derniers tours, il a magnifiquement joué la carte de l’équipe pour offrir sur un plateau la victoire à son équipier Newman.

En Californie, Kurt ne pourra que limiter la casse avec une treizième place finale. Qualifié pour la première fois dans le top-10 à Las Vegas – neuvième – le champion 2003 de la NASCAR Sprint Cup Series allait enregistrer son premier abandon de la saison devant son public. Un accident à une dizaine de tours de but le fera terminer à la trente-huitième place.

Onzième à Atlanta, le rendez-vous de Bristol était un premier test pour Kurt Busch. Lui qui a si souvent dominé ces courses ces dernières années était très attendu. Mais comme la saison dernière il allait de nouveau se montrer décevant avec une douzième place finale.

A Martinsville, pour la deuxième course de suite sur un short-track, Kurt allait totalement boire la tasse avec une trente-troisième place à l’arrivée à tout de même sept tours du vainqueur. A Texas puis à Phoenix il se classera à chaque fois en vingt-troisième position à deux tours des leaders.

La neuvième manche de la saison était sur le Talladega Superspeedway, ce qui était synonyme de plaques de restrictions. Malheureusement pour le plus âgé des frères Busch il ne connaîtra pas la même réussite qu’en Floride, puisqu’il sera victime d’un accident à quinze tours de l’arrivée. Il terminera trente-neuvième.

A Richmond il allait connaître son troisième abandon de la saison, son second de suite et sera classé avant dernier.

Qualifié cinquième à Darlington, il allait mener un tour pour la première fois depuis Daytona. Il se classera douzième, soit son premier top-15 depuis six épreuves ! Au Lowe’s Motor Speedway lors des Coca-Cola 600 il avait l’une des meilleures voitures du début de course,menant 64 tours – son record en une course cette saison – mais il ne pourra faire mieux que seizième sous le drapeau à damier.

Qualifié en première ligne pour la course de Dover, il se classera vingtième à quatre tours. Huitième à Pocono, il enregistre son premier top-10 depuis la manche d’ouverture de la saison. Il sera de nouveau largué au Michigan – vingt et unième – et sur le circuit routier de Sonoma où il ne pourra faire mieux que trente-deuxième à un tour.





Kurt Busch après sa victoire au New Hampshire.

© Jerry Markland / Getty Images for NASCAR

Vient alors l’épreuve d’été du New Hampshire Motor Speedway et la pluie se faisait plutôt menaçante pour cette course. Parti vingt-sixième, Kurt allait patiemment remonter pour prendre la tête sous drapeau jaune lorsque son chef d’équipe décida de ne pas le faire rentrer aux stands alors que la pluie menaçait de plus en plus. Kurt mènera dix tours avant que les premières gouttes ne se mettent à tomber forçant les officiels à interrompre la course. Le résultat fut même entériné puisque le cap de la mi-course avait été allègrement franchi. Il s’agissait là de la première victoire de Kurt Busch cette année et la première de la Penske Racing South depuis Daytona…

Daytona était justement le théâtre de la manche suivante, la dix-huitième et Kurt semblait enfin mettre la malchance derrière lui puisqu’il se classait quatrième. Pour la première fois de l’année il enregistrait deux top-5 de suite.

A mi-saison les statistiques de Kurt Busch étaient donc catastrophiques. La victoire de Loudon étant l’arbre qui cachait la forêt. Une victoire, trois top-5 et quatre top-10 pour un total de trois abandons et de quatre courses menées. A huit courses de la fin de la saison régulière, le pilote de la Dodge Charger n°2 était donc dix-huitième à près de deux cents points de la dernière place qualificative pour les playoffs. Même si cet écart semblait largement surmontable pour Kurt, on pouvait en douter aux vues de ses performances de début de saison.

Et la suite de la saison sera à l’image de la première partie : désastreuse. Vingt-huitième à Chicago avec un petit tour mené, il sera victime très tôt de problèmes de pneumatiques lors de l’épreuve d’Indianapolis qu’il terminera quarantième à plus de quarante tours du vainqueur.

Kurt allait de nouveau connaître une course sans à Pocono, résultat : trente-huitième. Dixième à Watkins Glen, l’embellie allait être de courte durée puisqu’il sera trente-sixième au Michigan, quinzième à Bristol, trente-neuvième à Fontana, pour terminer la saison régulière par une dixième place à Richmond.

Le début des playoffs allait commencer de belles manières pour Kurt puisqu’il enregistrait une sixième place au New Hampshire. C’est d’ailleurs la seconde fois de la saison qu’il enregistrait deux top-10 de suite.

Malheureusement il faudra attendre le Lowe’s pour le revoir dans les dix premiers. Entre temps, trois courses au-delà de la vingtième place. Trente-quatrième à Dover, à tout de même six tours du vainqueur, il ne perdra que deux tours sur le vainqueur au Kansas pour se classer trentième. A Talladega il prendra la vingt et unième place à trois tours.

C’est donc au Lowe’s que Kurt enregistrait un nouveau top-5 avec une troisième place à l’arrivée. Dodge ayant décidé de tester son nouveau moteur en cette fin de saison 2008, Kurt Busch avait pour mission de le développer lors de ces dernières manches de la saison. Malheureusement pour le pilote Penske ses résultats s’en ressentiront.

A Martinsville il se classera trente-sixième à plus de trente-tours après avoir rencontré quelques problèmes avec son V8. Sixième à Atlanta, son moteur partait en fumée au Texas résultat une avant-dernière place. A Phoenix il se qualifiera troisième, son dixième et dernier départ de la saison dans le top-10 et mènera soixante tours, mais il ne pourra rien faire face à Jimmie Johnson et terminera second de cette course.

La dernière course de la saison allait être un véritable calvaire pour Kurt. Qualifié trente-huitième il sera victime d’un accident peu après le deux centième tour et terminera bon dernier.

Au final la saison de Kurt Busch aura été un désastre complet. Une victoire, cinq top-5 et dix top-10 en trente-six courses pour un total de cinq abandons. Pire encore il n’aura mené que neuf courses pour un total de 164 tours en tête.

En 2009, Kurt Busch sera donc très attendu d’autant plus qu’il sera le leader de cette équipe Penske de part son expérience. Mais Kurt devra surtout se racheter de cette saison désastreuse.