Après une année 2007 réussie, mais surtout marquée par une incroyable régularité, Jeff Gordon se devait de confirmer cette année et de conquérir ce cinquième titre qui lui fait maintenant défaut depuis 2002. Malheureusement pour le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series la saison 2008 allait s’annoncer plus compliquée que la précédente.

Pour l’ouverture de la saison à Daytona, Jeff Gordon avait l’une des voitures les plus performantes du plateau, constamment dans le top-5 durant la première partie de la course, Jeff allait même mener cinq tours, mais il devra finalement renoncer suite à un problème de suspension rencontré dans la seconde partie de la course. Le triple vainqueur des Daytona 500 (1997, 1999 et 2005) devait faire une croix sur cette cinquantième édition.

La semaine suivante, Jeff se reprenait avec une belle troisième place sur l’Auto Club Speedway. On croyait le pilote de la Hendrick Motorsports revenu aux affaires, mais à Las Vegas, alors qu’il se dirigeait vers un top-5 à l’arrivée il commettait une grosse faute qui, en plus d’hypothéquer ses chances de victoires, allait aussi ruiner la course de Matt Kenseth. Trente-cinquième de l’épreuve, Gordon enregistrait son deuxième abandon de l’année en trois épreuves seulement.

A Atlanta, le pilote de la Chevrolet n°24 signait la pole position, sa première de la saison, mais ne pouvait faire mieux que cinquième. Il ne mènera qu’un tour lors de cette épreuve. A Bristol, Jeff profitait de l’annulation des qualifications pour partir de la première ligne pour le deuxième week-end de suite, malheureusement il sera dans l’incapacité de jouer la victoire, il se classera onzième sans avoir mené le moindre tour.





Encore raté pour Jeff Gordon a Martinsville.

© John Harrelson / Getty Images for NASCAR

Martinsville est un ovale qui historiquement réussi plutôt bien à Gordon. Mais depuis quelques années c’est son coéquipier Jimmie Johnson qui semble avoir pris l’avantage sur ce short-track. Avec une nouvelle pole position, sa septième sur cet ovale, Jeff Gordon avait bien l’intention de renouer au plus vite avec la victoire. Mais après avoir mené 90 tours – son record en une course sur la saison 2008 – Jeff devra s’incliner face à Denny Hamlin.

Le Texas est avec Homestead-Miami le seul ovale sur lequel Jeff ne s’est pas imposé en NASCAR Sprint Cup Series. C’est aussi l’un des rares ovales ou Gordon a déjà terminé dernier d’une course. Lors de cette septième manche de la saison, le quadruple champion de la NASCAR allait connaître une nouvelle désillusion cette année. Jeff avait une voiture très mal réglée sur cet ovale ultra-rapide et cela s’est rapidement fait sentir puisqu’il s’est très vite retrouvé à un tour des leaders, puis à deux alors que le centième tour venait d’être franchi. Gordon allait alors partir à la faute à la sortie du virage quatre.

« Il faut changer quelque chose je ne peux pas conduire cette voiture » tels furent les mots de Gordon à l’issue de ce crash. Avec son chef d’équipe Steve Letarte ils décidèrent de réparer la voiture et de rouler pendant quelques tours, mais le mal était fait. Pour la seconde fois de sa carrière Jeff Gordon a terminé quarante-troisième et dernier sur le Texas Motor Speedway.

Après sept courses, les statistiques de Jeff Gordon étaient on ne peut plus paradoxales. Auteur de deux poles et six départs dans le top-10 – dont cinq dans le top-10 – Jeff n’avait que trois top-5 pour autant d’abandons.

Les deux épreuves suivantes se déroulaient respectivement à Phoenix puis à Talladega deux courses que Gordon avait remporté en 2007, mais une nouvelle fois le quadruple champion allait passer à côté de ces deux courses. Treizième à Phoenix puis dix-neuvième sur le superspeedway de l’Alabama, Jeff n’a mené qu’un tour lors de ces deux épreuves, c’était à Talladega.

Neuvième à Richmond, Jeff signait son premier top-10 en course depuis quatre épreuves. Sur l’ovale de Darlington, Gordon allait prendre la troisième place pour ce qui était son deuxième top-10 consécutifs, une première depuis le début de la saison. Quatrième au Lowe’s lors de la course la plus longue de la saison, Jeff signait un troisième top-5 de rang, et un quatrième top-10 de suite, après sa cinquième place décrochées sur le Dover International Speedway.

A Pocono, le pilote de la Hendrick Motorsports allait signer sa plus mauvaise qualification de l’année, une trente-huitième place. Il ne pourra faire mieux que quatorzième sur ce tri-ovale atypique. Au Michigan il devra se contenter de la dix-huitième place avant de signer son septième top-5 de la saison sur le circuit routier de Sonoma.

Onzième à Loudon, Gordon avait de bonnes chances de victoires sur le Daytona International Speedway lors des Coke Zero 400. Mais après avoir mené 46 tours, le pilote de la Hendrick Motorsports a commis une nouvelle erreur ce qui l’a relégué en fond de peloton. Finalement, il terminera cette course en trentième position, une nouvelle déception pour Gordon cette saison.

A mi-saison, Gordon comptait donc huit top-10 dont sept top-5 ainsi que trois abandons. Deux poles venaient compléter la ligne de statistiques de Jeff Gordon, qui restait toujours vierge de victoire.

Onzième à Chicagoland, Jeff terminait cinquième du simulacre de course disputé sur l’Indianapolis Motor Speedway. De retour sur le Pocono Raceway, Gordon signait une dixième place.

Sur le circuit routier de Watkins Glen, le quadruple champion de la NASCAR faisait bien évidemment parti des favoris, mais une nouvelle fois Gordon allait décevoir. Qualifié en sixième position, Jeff ne pourra faire mieux que vingt-neuvième.

Au Michigan Gordon allait enregistré un nouvel abandon suite à un accident survenu peu après la mi-course. Cinquième à Bristol, Jeff a terminé la saison régulière par une quinzième place sur l’Auto Club Speedway puis par une huitième place à Richmond.

Qualifié pour le Chase, Gordon se devait de jouer les premiers rôles tout de suite afin d’espérer un nouveau titre. Même si les résultats de Jeff allaient s’améliorer durant ces playoffs, le pilote Hendrick aura manqué de constance et il a surtout eu tendance à faiblir dans le dernier quart des courses.

Quatorzième au New Hampshire pour l’ouverture du Chase, Gordon enchaînait par deux top-10. Septième à Dover, après avoir signé sa troisième pole position de la saison puis quatrième au Kansas.





Nouvelle désillusion à Talladega.

© Jerry Markland / Getty Images for NASCAR

De retour sur le Talladega Superspeedway, Jeff Gordon allait connaître un nouveau revers. Avec son coéquipier Dale Earnhardt Jr. il semblait avoir une très bonne voiture, et semblait en mesure de jouer la victoire. Gordon a même mené trois tours et a passé un bon moment dans les dix premiers, mais il a malheureusement tapé le mur suite à la crevaison de David Reutimann, endommageant fortement sa Chevrolet. Après avoir réparé, Gordon a pu reprendre la piste, mais son V8 a finalement décidé de partir en fumée ce qui a forcé Jeff a abandonner pour la cinquième fois de l’année.

Après cette déception de Talladega les espoirs de victoire de Jeff Gordon sur cette saison 2008, commençaient à s’amenuiser, car sur les courses se disputant sur les ovales d’un mile et demi, Gordon n’avait jusque là pas été exceptionnel, et la domination de Johnson à Martinsville ces dernières années est telle qu’il semblait difficile de voir Gordon s’imposer en cette année 2008 au soir de Talladega.

Au Lowe’s, Gordon terminait à la huitième place après avoir mené quarante-sept tours. Là encore lors de cette course, Gordon a rencontré des difficultés, allant tout d’abord taper le muret extérieur dans les premiers miles de la course et de se retrouver très rapidement au-delà du tour des leaders. Gordon a cependant réussi à revenir dans le tour et à remonter dans le classement, mais un très mauvais choix stratégique en fin d’épreuve lui fera perdre son titre acquis sur ce circuit l’an dernier.

Martinsville se présentait donc comme la réelle dernière chance pour Gordon de s’imposer. Il mènera bien 57 tours, mais ne pourra rien faire pour contrer son coéquipier Jimmie Johnson lorsque ce dernier a décidé de prendre la course à son compte. Jeff repartait de la Virginie avec une quatrième place.

A Atlanta Jeff Gordon terminait neuvième après avoir une nouvelle fois perdu quelques places en fin d’épreuve. Au Texas, Gordon avait envie d’effacer sa contre-performance connue en début de saison. Auteur de sa quatrième et dernière pole de l’année, Gordon se contentera de la deuxième place après avoir mené quinze tours. Jeff a tout de même rapidement perdu des places et ne doit sa seconde place qu’à la consommation.

Qualifié septième, à Phoenix Gordon allait connaître sa dernière désillusion de la saison avec une quarante et unième place à l’arrivée suite à une casse moteur. Pour la dernière course de la saison à Homestead, Gordon a totalement raté ses qualifications puisqu’il ne s’est élancé que depuis la trente-septième place, mais encore une fois il a réussi à remonter pour finalement se classer quatrième.

La saison 2008 de Gordon aura donc été en demi-teinte, puisque pour la première fois depuis son année de rookie – 1993 – il n’a pas remporté de course. Quatre poles, 12 top-5 et 18 top-10 viendront cependant agrémenter sa ligne de statistiques. Gordon a tout de même connu six fois l’abandon dont deux fois durant le Chase. Jeff n’aura mené que 447 tours dont près de quarante pour cent d’entre eux durant les playoffs.