Les débuts de Jeff Gordon en NASCAR Sprint Cup sont passés inaperçus mais n’en restent pas mois impressionnants. Son premier départ en Sprint Cup date de la course finale de la saison 1992 sur l’Atlanta Motor Speedway, qui marqua également la fin de la carrière du ‘King’ Richard Petty.

Cette course était également importante pour le championnat puisqu’Alan Kulwicki était en tête du classement, mais sous la menace de cinq autres pilotes. A l’arrivée Kulwicki avait remporté le titre avec seulement 10 points d’avance sur Bill Elliott.

Et Gordon dans tout cela ? Il a terminé la course à la 31ème place après s’être élancé 21ème sur la grille de départ. Après cette épreuve il se consacra immédiatement à la saison 1993 et sa lutte pour le titre de meilleur rookie.

Arriva alors le Daytona International Speedway et les choses sérieuses ont commencé pour le ‘Rainbow Warrior’. Pour seulement sa deuxième course en NASCAR Sprint Cup et sa première à Daytona, Gordon a remporté la première des deux Gatorade Duel pour décrocher une impressionnante troisième place sur la grille des Daytona 500.

Il a ensuite mené le premier tour des 500 miles et terminé la course à la cinquième place. Encore une fois, ce résultat est passé inaperçu, car éclipsé par la victoire de Dale Jarrett et l’émotion de son père Ned Jarrett, commentateur pour CBS.