Le vainqueur de l’édition 2008 des Daytona 500 n’aura pas connu la même réussite cette année. Pourtant tout s’annonçait pour le mieux: une nouvelle écurie, un nouveau challenge, un très bon coéquipier, une voiture performante et un Ryan Newman revigoré et surtout motivé laissait entrevoir de bonnes choses.

Bien classé lors des premières séances d’essais et en qualifications, l’ex pilote Penske connaissait déjà un premier problème : il devait changer son moteur après la première séance d’essais du mercredi et devait donc partir du fond de grille pour sa Gatorade Duel.

Engagé dans la seconde course, Ryan Newman effectuait une course sage avant que le sort ne s’en mêle. Après avoir subi une crevaison au treizième tour, c’est David Reutimann qui venait s’occuper du cas de Newman en le balançant dans le mur d’un bump ravageur dans la ligne droite arrière alors que le pilote de la Chevrolet n°39 pointait en cinquième position. Voiture endommagée et course finie pour le pilote de chez Stewart-Haas.

Obligé d’utiliser on, mulet, Ryan Newman avait déjà perdu tout espoir de bien figurer sur la grille de départ. Mais la chance n’était vraiment pas avec l’ancien pilote Penske ce week-end. Lors de la dernière séance d’essais et alors qu’il faisait le draft avec son coéquipier Tony Stewart, Newman explosait son pneu arrière droit et entraînait bien malgré lui son patron dans le mur.

Prenant finalement le départ du Daytona 500 avec une troisième voiture non réglée pour ce rendez-vous, Ryan Newman a galéré toute la course à l’arrière de la course et souvent hors du peloton principal. Décidant de faire un très long pit stop afin d’essayer de régler au mieux ses suspensions, le vainqueur de la course de 2008 perdait deux tours dans l’affaire. La pluie arrivant seulement quelques minutes plus tard, il n’aura même pas eu le temps d’essayer de remonter dans le classement.

Finalement 36ème à deux tours du vainqueur, Ryan Newman aura plus perdu son temps qu’autre chose pour cette manche d’ouverture de la saison. Espérons que la suite de la saison soit plus gaie pour le natif de l’Indiana car autant il semblait peu motivé l’année dernière (ce qui pouvait expliquer ses résultats peu satisfaisants), autant la malchance ne l’aura pas quitté d’une semelle et il n’aura pas été fautif dans sa grosse contre-performance du week-end.