Le tout nouveau pilote Newman-Haas Lanigan Racing a pris pour la première fois le volant de sa Dallara-Honda sur un ovale. Durant cette séance, il aura accompli un travail studieux puisqu’il a effectué 111 tours sans connaître le moindre problème. Comme tout débutant dans la discipline, il a expérimenté la légendaire « crainte » des premiers tours de roues à plus de 180mph en sortie de virage au raz du mur.

A l’instar d’Alex Zanardi ou de Juan-Pablo Montoya, eux aussi formés à l’école européenne, Doornbos a découvert ces nouvelles sensations faites de légèreté dans la direction et a réfléchi avant de monter jusqu’au cinquième rapport (le sixième étant utilisé pour dépasser à l’aspiration ou pour réduire sa consommation). Il est vrai que le pilotage sur ovale réclame d’atteindre une certaine vitesse afin de bénéficier d’un appui maximal au sol, sans quoi la voiture paraît instable et imprévisible. Mais après une courte période d’adaptation, Robert Doornbos a achevé le programme prévu et a réalisé un bon travail en vue de sa préparation pour la saison 2009.

A l’issue de la séance, voici ce que le Hollandais de 27 ans déclarait :
« Piloter sur un ovale est définitivement différent de ce à quoi je m’attendais. C’est comme un premier jour dans une nouvelle école. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre mais j’ai eu beaucoup d’informations venant du team, mais vous devez le faire pour vous aussi. Pendant les cinq premiers tours je me disais ‘Oh mon Dieu, où suis-je tombé ?’ Mais c’est parce que vous devez rouler à un certain rythme et une fois que vous l’atteignez, ça devient assez amusant. Nous avons fini la journée sur une bonne note et je peux aller au lit avec le sourire. J’ai déjà pris le virus, et je veux aller de plus en plus vite, donc c’est une bonne chose.« 

Avant cela, Doornbos avait connu des vitesses de pointe en bout de ligne droite de 210mph en Formule Un et en Champ Car, mais il n’avait jamais enroulé une courbe à plus de 180mph. Et dire qu’il devra le faire dès demain avec deux voire trois voitures à quelques centimètres de ses roues… Là aussi sera une sacré expérience :
« Aujourd’hui fut vraiment la première fois que je roulais aussi vite et j’en suis plutôt fier. Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre dans le trafic. Ca doit être quelque chose comme conduire en plein milieu de la nuit en Chine, la circulation est assez mauvaise là-bas.« , plaisantait-il. « Je le prendrai juste comme ça vient. Cela représente une courbe de progression prononcée, mais c’est comme ça que j’apprécie de travailler.« 

Maintenant que Doornbos a fait son baptême du feu, il lui convient désormais d’apprendre à piloter entouré de voitures. Cette étape, si elle ne représente pas la plus grosse difficulté, n’en est pas moins primordiale s’il veut bien figurer sur ovales. Mais gageons qu’avec sa grande faculté d’adaptation, il n’aura aucun mal à s’en sortir. Cette séance de découverte aura donc permis de rassurer tous les observateurs et les spécialistes sur les aptitudes du sympathique Hollandais.

Prochaines séances, mardi et mercredi pour le retour en piste des pilotes réguliers de ce championnat IndyCar.