Cela s’est passé au printemps de la saison 2000. Dale Earnhardt Jr. (No. 88 Amp Energy/National Guard Chevrolet), alors rookie de la NASCAR Sprint Cup Series et double champion en titre de la NASCAR Nationwide Series, arrivait pour la première fois sur le Texas Motor Speedway.

Pour seulement son 12ème départ dans la catégorie reine de la NASCAR, Earnhardt s’est imposé et a été rejoint sur la Victory Lane par son père Dale Earnhardt Sr.. Earnhardt s’est imposé deux fois de plus en 2000, à Richmond et lors de la NASCAR Sprint All-Star Race — devenant ainsi le premier rookie à réaliser cet exploit.

De fait, Earnhardt a rapidement été considéré comme un futur champion en puissance. Neuf saisons plus tard, ce n’est pourtant toujours pas le cas et le début de saison difficile d’Earnhardt a focalisé pas mal d’attention sur cette équipe dans sa deuxième année au sein de la puissante Hendrick Motorsports.

Les critiques ont rapidement refait surface de la part des médias mais aussi d’au moins un autre pilote du peloton: Kyle Busch (No. 18 Interstate Batteries Toyota). Rick Hendrick lui même a d’ailleurs décidé de défendre ouvertement l’équipe n°88 en déclarant: “Je suis à 100% derrière ce groupe. Aucun changement n’est prévu et les choses vont rapidement s’arranger.”

Earnhardt s’est également manifesté: “Nous essayons d’écouter tous les conseils pour essayer de travailler différemment. Nous travaillons dur pour être meilleurs… ne croyez pas que nous nous croisons les bras en attendant que les choses aillent mieux parce que ce n’est pas comme cela que ça marche.”

Et le travail a commencé à payer le week-end dernier. Earnhardt a terminé à une encourageante huitième place sur le Martinsville Speedway, son meilleur résultat de la saison. Il débutera les Samsung 500 de dimanche en étant 16ème du classement général. Il a de plus de bonnes raisons d’être optimiste. En plus de sa victoire en 2000 sur le très rapide ovale de 1.5 mile, Earnhardt a déjà signé deux pole position en 2001 et 2008.