Qui aurait pu parier un instant sur Brad Keselowski pour ce rendez-vous des Aaron’s 499 sur le Talladega Superspeedway ? Le jeune pilote de la JR Motorsports engagé à plein temps en NASCAR Nationwide Series cette saison a en effet remporté ce neuvième rendez-vous de la saison lors d’une arrivée surréaliste mais qui aurait pu s’avérer catastrophique ! Pour rappel, ce pilote n’est même pas engagé à plein temps en NASCAR Sprint Cup cette année.

Lors de l’agitation du drapeau blanc, Carl Edwards s’emparait de la tête de la course grâce à une poussette somptueuse de Brad Keselowski sur la ligne extérieure. Ryan Newman et Dale Earnhardt Jr., collés pare-chocs contre pare-chocs à l’intérieur, n’ont rien pu faire pour les empêcher de passer. A cet instant, le reste du peloton était déjà décroché de ces quatre voitures et pointant à plusieurs longueurs. La victoire allait donc se jouer entre les quatre pilotes cités précédemment.

A la sortie du dernier virage, Edwards devançait toujours Keselowski qui tentait une feinte semblable à celle de Regan Smith sur Tony Stewart l’année dernière. Sauf que cette fois-ci, le pilote de la Chevrolet n°09 ne s’est pas laissé faire et a gardé sa trajectoire à l’intérieur. Edwards tentait de redescendre pour bloquer le jeune pilote de la Phoenix Racing et ce qui devait arriver arriva: Carl Edwards partait en tête à queue dans la ligne droite avant.

Après une amorce de décollage, Edwards fût percuté involontairement à pleine vitesse par Ryan Newman avec pour résultat un envol de la Ford n°99 dans les grillages de la ligne droite avant de Talladega. Par chance, ces grillages ont résisté et la voiture est retombée sur la piste. La sécurité peut être soulignée et félicitée car si les grillages avaient lâchés, ce final aurait pu être terrible et dévastateur. Dimanche soir, les grillages de Talladega ont effectivement sauvé plus d’une vie.

De même, Carl Edwards est sorti indemne de sa voiture et à même couru jusqu’à la ligne d’arrivée pour la passer à pieds ! Le travail de la NASCAR concernant la sécurité sur la COT s’est donc révélé payant. Si ce crash s’était produit avec les anciennes voitures, cet accident hors du commun aurait pu être beaucoup plus grave pour le pilote de la Ford n°99.

Dale Earnhardt Jr. finit finalement second devant Ryan Newman qui a pu couper la ligne d’arrivée malgré son gros contact avec Edwards. Marcos Ambrose et Scott Speed complètent le top-5 de cette arrivée hors du commun à plus d’un titre !

Cette arrivée s’explique également par un restart à trois tours de l’arrivée qui a eu pour conséquence de mettre toutes les voitures en file indienne. A ce moment là, Newman était en tête après avoir remonté tout le peloton avec Denny Hamlin quelques tours auparavant. Derrière le pilote de la Chevrolet n°39, on retrouvait Dale Earnhardt Jr., Kurt Busch, Jeff Burton et le rookie Joey Logano. Edwards était septième alors que Keselowski pointait en neuvième position.

Cette dernière neutralisation a été provoquée par une glissade de Juan-Pablo Montoya dans la ligne droite arrière après un bump très musclé de Denny Hamlin, sûrement vexé de s’être fait oublier après avoir remonté tout le peloton dans les pare-chocs de Newman.

Ce gros accident a également impliqué Jimmie Johnson, Martin Truex Jr. et Robby Gordon qui a tapé le muret intérieur de pleine face. Michael Waltrip, David Stremme, Jeremy Mayfield et Bobby Labonte ont également été pris dans ce big one, le second de la journée.

Cette course de Talladega avait commencé très fort, avec un big one dès le septième tour suite à une remontée hasardeuse de Matt Kenseth qui a envoyé Gordon en tête à queue. L’effet domino à parfaitement fonctionné et énormément de voitures ont été touchées parmi lesquelles Kevin Harvick, Kasey Kahne, A.J. Allmendinger, Clint Bowyer, Mark Martin, Jamie McMurray, David Gilliland et Scott Riggs qui finissent tous entre la 35ème et la 43ème position.

Les frères Busch ont également été impliqués tout comme Brian Vickers, Elliott Sadler, Casey Mears, Sam Hornish Jr., Max Papis, Bobby Labonte et Regan Smith mais ces pilotes n’ont pas perdu de tours dans l’affaire.

Après 28 tours, Jeff Burton était la seule voiture RCR en bon état mais cette joie n’allait pas durer puisque le pilote de la Chevrolet n°31 perdra ensuite trois tours à cause de problèmes d’alternateur de batterie. Il arrivera finalement à revenir dans le tour grâce à de nombreux drapeaux jaunes (au nombre de neuf lors de ces Aaron’s 499).

Michael Waltrip et Kurt Busch ont également été à l’origine d’un drapeau jaune chacun après être parti en travers dans le tri-ovale. Waltrip s’est rabattu alors qu’Ambrose été sur la ligne inférieure alors que Kurt Busch est parti en tête à queue tout seul comme un grand.

Les tours suivants ont été très disputés avec beaucoup de changement de leaders. Au total, pas moins de 25 pilotes ont récupéré au moins cinq points de bonus pour avoir mené une boucle. C’est Kyle Busch qui a finalement récupéré les dix points de bonus pour avoir mené le plus de tours avec 42 tours passés en tête.

Kyle Busch, très agressif sur la fin de ce rendez-vous, à fait les frais de son caractère rugueux. Voulant à tous pris conserver la tête de course, le pilote Gibbs n’a pas hésité à fermer violemment la porte devant Jeff Burton qui s’en est rappelé quelques tours plus tard. Une poussette en entrée de virage et la voiture n°18 est partie dans une glisse difficilement contrôlable, copiée par Martin Truex Jr. pour ce qui fût la huitième et avant dernière neutralisation au tour 173.

Cette victoire de Brad Keselowski est bien entendu la première de sa jeune carrière en NASCAR Sprint Cup en seulement cinq départs. Il faut également signaler qu’il n’y a pas moins de quatre rookies dans le top-10 avec donc Keselowski, Speed, Ambrose et Logano.

Au championnat, Kurt Busch s’empare de la tête du classement général avec cinq points d’avance sur Jeff Gordon. Greg Biffle remonte dixième alors que Ryan Newman gagne cinq places pour être treizième. Kasey Kahne perd quatre positions pour se retrouver quatorzième devant Dale Earnhardt Jr. qui réalise un bon de cinq places. La descente aux enfers de Kevin Harvick continue puisque le pilote RCR est désormais vingtième.