Samedi soir, Helio Castroneves est devenu triple vainqueur sur le Texas Motor Speedway. Parti de la quatrième position, le Brésilien a patiemment construit sa victoire en roulant régulièrement parmi la tête de course. Avec des arrêts aux stands parfaits, il a profité de deux neutralisations tout d’abord au 150ème tour pour débris puis au 165ème tour lorsque A.J. Foyt IV a tapé le mur, pour doubler respectivement Marco Andretti puis Ryan Briscoe. Il n’a eu ensuite qu’à contenir son coéquipier pour finalement franchir la ligne avec 0.3904sec et augmenter son total de victoires à 16 désormais.

Ultra dominateur avec plus de dix secondes d’avance, Ryan Briscoe a vu tous ses efforts réduits à néant lorsque les officiels ont agité le drapeau jaune au 150ème tour pour débris.

»Je n’ai vu aucun débris, c’est ce qui me tue. », déplorait Briscoe à l’arrivée. « Nous avons été battu par Helio dans les stands… Je n’avais pas assez de vitesse pour le dépasser ensuite. »

Au restart il conservait sa positon mais son poursuivant Andretti cédait sa place sous les attaques de Castroneves. 15 tours plus tard, la suspension d’A.J. Foyt IV rendait l’âme et envoyait son pilote dans le mur. Tout le monde en a profité pour chausser quatre gommes fraîches ainsi que pour faire le plein de carburant. A ce petit jeu, l’équipe de la Penske numéro #3 a rendu une copie parfaite. Avec une demie seconde de mieux, elle permettait ainsi à son pilote de prendre le commandement de la course à Briscoe. Au restart, l’Australien n’a rien pu faire et n’a pu que constater la supériorité de son coéquipier qui a mené les 46 derniers tours. Sa deuxième place ajoutée au plus grand nombre de tours menés (160) lui permettent d’empocher 42 points, ce qui lui permettent de reprendre la position de leader du championnat à Scott Dixon.

Voici les déclarations de Castroneves sur la Victory Lane :
« Je n’ai aucune raison de ne pas sourire. La vie est trop courte, j’adore ce que je fais. Voilà pourquoi je souris tout le temps. C’est fantastique. Au dernier arrêt, j’ai sauté en première position et c’était fait. Ensuite c’était pied au plancher pour s’échapper. »

»Dans ces moments, vous devez faire confiance dans leurs décisions (ndlr : les officiels). Vous ne pouvez jamais savoir s’il y a des débris et ce qu’ils peuvent provoquer. Je leur fais confiance. Lorsque vous roulez en tête, vous ne voulez jamais de drapeau jaune. Mais vous devez faire confiance. »

En troisième position à 2,2sec , Scott Dixon a terminé la course là où il l’avait commencée. Fait rare, le Néo-Zélandais n’a mené aucun tour sur les 228 que comptait la course. Avec ce résultat, il est maintenant à trois points de l’Australien du Team Penske.

En quatrième position, Marco Andretti signe là son meilleur résultat cette saison et son premier top-5 de la saison. Il devance le Poleman Dario Franchitti. Pour l’Ecossais, ce résultat est quelque peu décevant. Avec seulement dix tours menés, il n’a rien pu faire pour suivre les pilotes Penske et échoue à plus de 4 secondes de Castroneves.

Parti depuis la cinquième place, Danica Patrick a finalement pris la sixième après avoir déploré un changement de comportement de sa monoplace. Durant l’épreuve, sa direction est subitement devenue lourde, ce qui sur cette piste bosselée et extrêmement rapide et un handicap certain. Avec ce résultat, elle termine sa belle série de quatre top-5 consécutifs.

Le top-10 est complété par Dan Wheldon, Tony Kanaan, Ed Carpenter et Mario Moraes qui confirme ses progrès.

Du côté des abandons, Graham Rahal a perdu l’arrière de sa voiture à la sortie du virage 2, le plus délicat du circuit. Il a emmené avec lui E.J. Viso dans le mur intérieur ainsi que Milka Duno, qui a abandonné après être revenue aux stands. Hideki Mutoh a quant à lui mis pied à terre suite à des problèmes électriques.

A noter que la course a duré 1H55 et a connu sept changements de leaders et 26 tours sous neutralisation.