Dans un monde idéal, Aston Martin aurait remporté le Mans le week-end. C’était après tout le cinquantième anniversaire de la dernière victoire de la marque (en 1959 avec la superbe DBR1 de Roy Salvadori et Carroll Shelby). Et puis la nouvelle Aston Martin remportait aisément la palme du plus beau proto, avec sa robe élégante et racée et ses couleurs Gulf qui font battre le cœur de tous les fans de Steve McQueen.

Mais il ne fallait pas se leurrer non plus. Avec son moteur essence (imagineriez-vous une Aston Martin diesel ?), la belle anglaise n’avait quasiment aucune chance de rivaliser avec les mazouts de Peugeot et d’Audi à la régulière. Et ses deux marques avaient chacune engagé trois voitures officielles, sans compter les trois semi-privées des teams Kolles et Pescarolo.

Aussi la quatrième place finale de la 007 de Tomas Enge/Jan Charouz/Stefan Mücke représente t-elle un résultat inespéré pour une première participation.

L’objectif du départ, être la première essence à l’arrivée, était aisément atteint. La 007 a également fait preuve d’une belle fiabilité, avec une crevaison et un problème de phares pour seuls problèmes pendant la course. La 007 a accompli 373 tours, soit 5084 km.

La 008, également très bien pilotée aux mains d’Anthony Davidson, Jos Verstappen et Darren Turner, a quant à elle été retardée en raison d’un accrochage avec la Corvette GT1 n°72 au Tertre Rouge. Plusieurs arrêts furent ensuite nécessaires pour réparer la voiture, sans compter une pénalité de cinq minutes en raison de l’accrochage. La 008 est ensuite remontée au classement en se montrant l’une des plus rapides en piste, avant de rencontrer de nouveau des soucis mécaniques (freins et boite de vitesse). Elle a finalement coupé la ligne au treizième rang.

Quant à la 009, pilotée par Harold Primat, Peter Kox et Stuart Hall, elle a été la seule des trois à ne pas rallier l’arrivée en raison d’une grosse sortie de Primat dans la dix-huitième heure. Auparavant, le jeune Britannique Stuart Hall avait été disqualifié de l’épreuve pour avoir causé l’accident ayant éliminé la Radical de l’équipe Bruichladdich.


© US Racing

LES COMMENTAIRES DES PILOTES ET DES PATRONS :

Tomas Enge : « Je suis vraiment impressionné par la fiabilité de la voiture. Nous n’avons pas eu de problème du départ à l’arrivée, ce qui est une vraie réussite sur une course aussi difficile. Cela restera l’un des plus beaux souvenirs de ma carrière. »

Jan Charouz : « Mon accident lors des qualifications n’était sans pas la meilleure façon pour moi d’aborder cette course, mais tout est oublié maintenant. Les ooncditions pendant la course étaient vraiment difficiles, avec beaucoup d’incidents et de neutralisations. Mais nous nous en sommes sortis grace à un bon travail d’équipe. Nous n’avons peut-être pas gagné, mais j’espère que nous avons bien rendu hommage aux pilotes qui ont fait triomphé Aston Martin en 1959. »

Stefan Mücke : « Je suis très heureux de ce résultat. L’écart de performance prouve qu’il y a toujours deux classes distinctes en LMP1, mais notre objectif dès le départ était d’être les plus rapides des voitures essences, donc je suis satisfait d’avoir réussi cela. L’écart avec les diesels est un peu moindre que l’année dernière, mais le règlement ne nous permet toujours pas de nous battre à armes égales. »

Anthony Davidson : « C’était une expérience absolument fantastique. Je suis impressionné de nos performances et j’espère que nous avons surpris pas mal de monde. C’est fantastique de faire partir de l’équipe Aston Martin. Nous avons occupé un moment la troisième place et je pense que si nous n’avions pas rencontré de problèmes, nous pouvions viser le podium. »

Darren Turner : « Nous sommes très heureux d’atteindre l’arrivée, même si en même temps nous sommes déçus d’avoir rencontré tous ses ennuis. Le plus important, c’est que c’est un excellent résultat pour l’équipe après tout le travail qu’elle a fourni, en particulier pour la 007 qui a vraiment fait du bon boulot. »

Jos Verstappen : « Je me suis vraiment régalé. J’avais peu d’expérience avec cette voiture avant la course. Plus la course avançait, plus je me sentais à l’aise et notre rythme augmentait. Je me suis d’emblée senti bien dans la voiture. Avec le peu de temps de préparation que nous avons eu, je pense que tout le monde a fait de l’excellent travail. »

Stuart Hall : « Je suis vraiment désolé pour l’incident qui a entraîné ma disqualification. Mais je reste heureux de l’opportunité que j’ai eu de rouler avec Aston Martin. Le professionnalisme de l’équipe est sans égal, et le résultat de la 007 est vraiment mérité. »

Peter Kox : « C’est super d’être de retour. Nous avons eu une course difficile, mais quand tout va bien, le potentiel est là, comme le montre le résultat de la 007. »

Harold Primat : « Je suis désolé pour Peter car au moment de l’accident, nous remontions au classement après nos ennuis initiaux et nous sommes vraiment déçus de ne pas avoir fini la course. Au Mans, vous manquez parfois de chance et c’est ce qui s’est passé cette fois-ci. Quoiqu’il en soit, le résultat de la 007 est le plus important. »

David Richards : « Je suis très heureux. Nous sommes arrivés au Mans avec des objectifs modestes et nous les avons tous dépassés. Une fois encore, Aston Martin a réalisé une grande performance et c’est une réussite fantatisque pour toutes les personnes impliquées. Maintenant, nous devons réfléchir sérieusement à ce que nous allons faire à partir de maintenant. »

Dr Ulrich Bez ( directeur d’Aston Martin) : « Dans le même mois, nous avons présenté la nouvelle V12 Vantage et la DBS Volante. C’est merveilleux de se dire que le même V12 6.0 litre nous a permis de décrocher un si bon résultat pour nos débuts au Mans. Je suis très heureux pour toute l’équipe. »