Voici l’outsider n°1 pour les playoffs, celui que l’on attendait pas du tout et qui pointe pourtant à la quatorzième place du classement général de la NASCAR Sprint Cup Series à seulement 76 points de Matt Kenseth douzième. David Reutimann avait montré quelques bonnes choses en fin de saison dernière, sans que l’on sache vraiment de quoi il en retournerait cette année. Nous avons la réponse : Reutimann se bat aujourd’hui pour le chase.

Vainqueur de sa première course en carrière lors des Coca-Cola 600 à Charlotte, bien aidé par la pluie en passant, Reutimann a surtout fait preuve de régularité pour arriver aussi haut dans le classement. Cette année, Reutimann c’est une victoire, quatre top-5, cinq top-10 et dix top-15. Mais en ce moment, le pilote de la Toyota n°00 joue au yoyo et cela pourrait bien lui coûter sa place dans le chase.

31ème à Sonoma, Reutimann a fini dans le top-5 au New Hampshire, encore une fois grâce à l’aide de la pluie qui ne sera pas présente tous les week-ends. Il a ensuite enchainé avec une 36ème place à Daytona avant de finir douzième à Chicagoland le week-end dernier. Reutimann a perdu la bonne régularité qu’il avait en début de saison et son passage à vide de Talladega jusqu’à Darlington ne l’a pas aidé à bien se maintenir au général.

Surtout que pour lui le plus dur reste à faire. Sur les sept prochaines épreuves, David Reutimann est le chaser potentiel qui à la plus mauvaise position moyenne à l’arrivée sur pas moins de quatre circuits. A commencer par Indianapolis, où son meilleur résultat est une trentième place l’année dernière mais en terme de performances, il n’avait pas la même voiture que cette année. A Watkins Glen, Reutimann devrait aussi friser la catastrophe. Habitué à se trainer en fin de peloton sur les routiers, ce mauvais résultat très probable pourrait être préjudiciable à la suite de sa saison vers le top-12.

Les courses de Pocono et d’Atlanta ne devraient également pas trop bien se passer pour lui. Quand aux circuits de Bristol, Michigan et Richmond, Reutimann tentera de bien y figurer même si ce ne sont pas ses meilleures références. Si tout n’est pas encore perdu pour Reutimann, il faudrait vraiment un très gros coup de sa part pour qu’il puisse intégrer les playoffs cette année. Pour lui le facteur chance sera omniprésent car dans le top-16, c’est bien lui qui semble le moins fort pour la suite du calendrier.