Après trois années successives en dehors des playoffs et avec seulement une seule victoire (Daytona 500 2008), Ryan Newman décidait en fin de saison dernière de rejoindre la Stewart-Haas Racing afin de relancer une carrière qui s’annonçait prometteuse.

Si Newman n’a toujours pas gagné cette année, il pointe actuellement à la septième place du général de la Sprint Cup. Pourtant ce n’était pas gagné d’avance. Après les quatre premières courses, le pilote de la Chevrolet n°39 n’avait jamais terminé dans le top-20 et à la 32ème place au classement pilotes. Il enchaine ensuite avec deux top-10 à Bristol et Martinsville, mais son ascension débute vraiment à partir de Talladega où il enchaine une série de six top-10 en six courses, dont pas moins de cinq top-5. Les quatre épreuves suivantes seront moins glorieuses puisqu’il n’a pas terminé dans le top-15 entre le Michigan et Daytona.

Sixième à Chicagoland lors de la dernière course, Newman espère surement reprendre sa marche en avant après ce petit passage à vide. Le pilote de la Stewart-Haas Racing dispose de 100 points d’avance sur le treizième du classement général, Greg Biffle. Un avantage intéressant mais pas vraiment conséquent, surtout que les positions sont très resserrées derrière.

Les circuits à venir devraient lui permettre de se mettre en évidence, et pourquoi pas de remporter sa première victoire de la saison notamment à Pocono, circuit qu’il apprécie beaucoup. Les autres circuits ne devraient pas lui poser de problèmes, sauf peut-être Indianapolis, un circuit sur lequel il n’a jamais excellé.

Quoi qu’il en soit, Newman s’est bien adapté à sa nouvelle structure et prouve à Tony Stewart qu’il a bien fait de l’engager. Reste à se qualifier pour les playoffs, ce qui est largement faisable, et à décrocher un premier succès cette année, ce qui semble possible également.