Le retour des monoplaces de l’IndyCar à Loudon est en train de tourner au fiasco. 48 heures après l’arrivée chaotique de l’Indy 225, lors de laquelle le directeur de course a donné l’ordre d’un restart alors qu’il pleuvait encore, entraînant une belle pagaille en piste, la controverse ne semble pas prête de s’éteindre.

Alors que Brian Barnhart tente de faire bonne figure dans les médias en reconnaissant son erreur, les équipes Newman/Haas et Ganassi ont confirmé leur intention de faire appel du résultat de la course.

En effet, au moment du carambolage, Ryan Hunter-Reay n’était plus le leader de la course. Le pilote du Andretti Autosport avait en effet été débordé au restart par Oriol Servia et par Scott Dixon. Hunter-Reay avait cependant été déclaré vainqueur au motif que le restart n’aurait pas dû être donné.

S’estimant lésé par cette nouvelle décision arbitraire de Brian Barnhart, les équipes Newman/Haas et Ganassi ont décidé de porter l’affaire sur tapis vert. Les premiers auraient à y gagner une victoire et les seconds quelques points d’avance de plus au championnat. Will Power, principal adversaire des Ganassi boys au championnat, avait en effet été l’autre grand bénéficiaire de la décision des officiels puisqu’il avait été classé cinquième alors qu’il n’était plus que dixième après l’accident.

L’IndyCar a confirmé que l’appel est recevable et qu’ils entendraient les arguments des uns et des autres le 22 août. L’équipe Andretti Autosport est également invitée à participer à cette audience qui devrait se tenir devant un jury « indépendant », c’est-à-dire sans Brian Barnhart…