Petit retour en arrière de six mois. Nous sommes en février sur l’ovale de Daytona pour l’ouverture de la saison 2011 de NASCAR Camping World Truck Series. Au volant de son truck n°31 de la Turner Motorsports Buescher se qualifie en première ligne et effectue une course solide qu’il termine à la neuvième place. Grâce au nouveau système de points il est classé cinquième à égalité avec Ricky Carmichael et Jeffrey Earnhardt.

La semaine suivante il se rend à Phoenix et comme pour Daytona il doit se qualifier au temps. En performance pure, il signe le vingt-cinquième chrrono à plus de huit dixièmes de seconde de la pole réalisée par Clint Bowyer. Cependant cette performance n’est pas suffisante et il est le premier des éliminés pour vingt-trois millièmes. Cruelle désillusion pour la Turner Motorsports qui voit là ces chances de titres fortement compromises pour ne pas dire annihilées dès le deuxième des vingt-cinq rendez-vous de l’année.

Cette mésaventure n’allait pourtant pas décourager Buescher qui repartait de plus belle dès la course suivante à Darlington avec une cinquième place à l’arrivée. Trente-cinquième à Martinsville suite à un accident, c’est la seule autre fausse note de Buescher qui depuis n’a que des top-10. Dix avant l’épreuve du Michigan.

S’il ne gagne pas, il est très solide et remonte au championnat petit à petit. Troisième avant l’épreuve du Michigan, il n’a plus rien à perdre et sait très bien qu’il a grillé deux jokers cette année. S’il veut être champion, il n’a plus le droit à l’erreur car il ne reste plus que onze épreuves, celle du Michigan incluse.

Qualifié en sixième ligne pour cette épreuve de cent tours, Buescher se montrait confiant avant le début de l’épreuve et estimait que son truck était bien réglé pour le trafic. Dès le septième tour il expliquait que son truck était trop survireur et qu’il manquait de grip mécanique, ce qui l’empêchait de remonter jouer les premiers rôles.

Au trentième tour le truck n°31 pointait à la seizième place. Toujours à la peine Buescher recevait comme consigne de son chef d’équipe, Michael Shelton, de prendre soin de son truck et que des ajustement seront effectués lors du prochain arrêt.

Les tours défilaient et les problèmes ne s’amélioraient pas, à mi-épreuve il était dix-septième et se plaignait toujours d’un manque de grip général.

Le dernier arrêt à vingt tours du drapeau à damier a permis de prendre quatre pneumatiques neufs et de refaire un ajustement. Ressorti huitième, Buescher avait enfin un truck pour se battre avec les meilleurs.

La fin de course fut chaotique et élimina plusieurs pilote de la course à la victoire, Johnny Sauter, Austin Dillon, Mark Martin ou encore Matt Crafton. A chaque fois Buescher parvenait à fuir les ennuis. L’accident dans lequel fut impliqué Sauter et Dillon lui laissait le champ libre pour effectuer un rapproché intéressant au classement général. En évitant parfaitement le truck de Piquet dans le dernier tour c’est un top-5, une quatrième place, qui lui tendait les bras au baissé du drapeau à damier.

Grâce à ce troisième top-5 de rang il grimpe à la deuxième place du classement général, soit son meilleur classement en carrière. Avec un départ de moins que tous ses adversaires (quatorze contre quinze), il ne pointe qu’à cinq longueurs de Sauter, leader, et a déjà comptabilisé sept top-5, seul Kyle Busch fait mieux avec huit, et treize top-10.


James Buescher : « Quelle journée. Nous avons lutté pour trouver de la tenue de route au début. Nous avons fait des changements qui nous ont vraiment aidé à la fin. Des jours comme aujourd’hui montrent à quel point nous sommes fort. Nous ne sommes pas prêts à abandonner. »

Le pilote de la Turner Motorsports est bien le grand gagnant de cette quinzième épreuve. Course après course il démontre sa solidité et est devenu un candidat naturel pour le titre de part sa régularité. Il ne lui reste plus qu’à décrocher sa première victoire en carrière, pourquoi pas dès jeudi soir à Bristol ?

S’il ne gagne pas rapidement une question va naturellement se poser, peut-il et surtout doit-il être champion sans aucune victoire et avec une course de moins ? Avouez quand même que cela ferait grincer quelques dents, mais aurait de la g……