Un mois c’est le temps qu’il aura fallu à Kyle Busch pour décrocher sa cent-unième victoire si l’on prend en compte les trois séries nationales de la NASCAR. En effet, le pilote de la Joe Gibbs Racing ne s’était plus retrouvé sur la Victory Lane depuis l’épreuve de Loudon en Nationwide le 16 juillet dernier.

Kyle Busch a résisté à Jimmie Johnson lors du green-white-checkered pour aller décrocher sa première victoire au Michigan, sa quatrième de la saison et sa vingt-troisième en NASCAR Sprint Cup Series. Le plus important pour le pilote de la Joe Gibbs Racing est qu’il est maintenant assuré de participer au Chase pour la cinquième fois de sa carrière.

Jimmie Johnson a eu beau tout tenter en fin de course, il n’a pas réussi à battre Kyle Busch qui avait clairement la meilleure voiture de la journée. Le quintuple champion de la NASCAR doit se contenter de la deuxième place. Rentré juste avant une neutralisation lors du dernier arrêt, il n’a pas perdu de tour et a ainsi pu repartir en tête ce qui l’a bien aidé. Autre fait marquant pour le pilote Hendrick, un arrêt peu orthodoxe avec une roue en dehors de son emplacement.

Le reste du top-10 de ces Michigan Pure 400 est composé de Brad Keselowski, Mark Martin, Ryan Newman, Jeff Gordon, Kasey Kahne, Clint Bowyer, Tony Stewart et Matt Kenseth.

Débutée sous le soleil la vingt-troisième course de la saison voyait la domination de Greg Biffle qui avait très certainement la meilleure voiture lorsqu’il bénéficiait du clean air. En revanche, une fois dans le peloton ce n’était plus la même affaire. Le pilote de la Ford Fusion n°16 a finalement pris la vingtième place, un résultat bien décevant après ce qu’il a montré en début d’épreuve.

Jeff Gordon a un temps eu la meilleure voiture, mais sur les longs runs il avait du mal à rivaliser avec Kyle Busch. Reparti dans le milieu du top-10 lors de l’avant-dernière relance, un plastique est venu obstruer sa grille d’aération l’empêchant d’être aussi véloce qu’il le souhaitait.

La course a en revanche été cauchemardesque pour plusieurs pilotes. Carl Edwards tout d’abord. Deuxième du classement général au début de la course il a rencontré de gros problèmes de moteur dans le premier quart de l’épreuve et se classe finalement trente-sixième à plus de vingt-cinq tours !

Denny Hamlin est allé frapper le muret une fois, lui causant des problèmes à l’avant droit. Repassé par la voie des stands pour une réparation de fortune et quatre pneumatiques il était contraint de repasser par les garages pour réparer plus efficacement. Résultat quinze tours de perdus et une trente-cinquième place qui lui coûte cher.

Kurt Busch n’est pas allé une fois dans le mur, ni deux fois, il y est allé trois fois ! Il sera d’ailleurs la cause de la dernière neutralisation. Il termine trente-quatrième à six tours.

Très fluide la course n’aura connu que cinq neutralisations, essentiellement pour des débris et s’est courue en 2 heures 41 minutes et 26 secondes à la vitesse moyenne de 150,898 mph.

Au classement général Kyle Busch est donc en tête avec dix longueurs d’avance sur Johnson. Kevin Harvick s’empare de la troisième place, alors que Carl Edwards est quatrième. Matt Kenseth reste à la cinquième place. Le reste du top-10 est composé de Jeff Gordon, Ryan Newman, Kurt Busch Dale Earnhardt Jr., et Tony Stewart.

Avec son résultat Brad Keselowski atteint la douzième place, son meilleur classement en carrière. Denny Hamlin a toujours la seconde wild card, mais il est quatorzième et sous la menace de Paul Menard, les deux hommes étant séparés de dix-huit points.

Cette course était la dernière sur ce revêtement qui sera changé d’ici le mois de juin 2012.

Revivez le direct de la course.

Problème Technique, merci de revenir ultérieurement