Engagé cette année en Firestone Indy Lights Series, le jeune pilote de 19 ans, Conor Daly, peut compter sur son père à la fois en piste et hors piste. En effet, Derek est également le manager de son fils. Au fil des années, l’ancien pilote automobile a su apprendre à respecter l’équilibre entre le fait d’être à la fois père et manager de Conor.

Derek Daly : ‘‘Le rôle de père/manager est difficile à mixer. Les adolescents veulent vivre leurs propres expériences et se séparer de leurs parents.’’ Après une période difficile entre les deux hommes, Derek a su trouver les mots pour encourager son fils. ‘‘Un jour j’ai dit à Conor que s’il voulait courir au plus haut niveau je ferai de mon mieux pour le soutenir du moment que ce soit lui qui me tire dans sa passion et pas l’inverse. Si la décision était venue de moi je ne pense pas qu’il aurait pu s’épanouir et piloter à haut niveau. Ce devait être son choix ; je n’ai pas besoin de vivre par substitution, à travers lui.’’

Pilote de talent tout au long de sa carrière (17 années au total. Ndlr), Derek Daly a pu rouler dans des championnats prestigieux comme le Championnat Britannique de Formule 3, l’IndyCar World Series (ex-CART) ou encore la Formule 1 mais il a également dû faire face à de nombreux obstacles. En 1984, le pilote irlandais a été victime d’un effroyable crash sur le Speedway du Michigan qui l’a tenu plus ou moins éloigné des circuits durant 3 ans. Après une série de 14 opérations, Daly effectua son retour en IndyCar World Series pour finalement prendre sa retraite à la fin de la saison 1992.

Malgré le fait qu’il ait connu de nombreux succès, l’irlandais analyse sa carrière avec un œil très critique : ‘‘Je n’ai pas vraiment appris de mes erreurs. Quand je courais je n’avais ni coach ni manager qui puissent me transmettre l’art de piloter. Ainsi vous devez essayer vous-même les choses et apprendre de ces expériences. Je pense que j’ai fait toutes les erreurs possibles et mis en danger ma carrière à de nombreuses reprises’’.

Derek Daly veut maintenant mettre à profit ce qu’il a appris durant sa carrière pour le transmettre à son fils. ‘‘Aussi frustrant que ça ait pu être pour moi à l’époque, je réalise que cette éducation fût extrêmement utile. Je suis désormais en mesure de transmettre toutes mes connaissances à Conor et pourquoi pas à d’autres pilotes…’’

Et le jeune Daly semble tirer le meilleur profit des conseils de son père. L’année dernière il a remporté le Championnat Star Mazda (championnat dominé cette année par le français Tristan Vautier. Ndlr) avec un total de sept victoires et neuf pole positions. Cette performance lui a permis de remplir son objectif qui consistait à obtenir une bourse pour piloter dans le championnat IndyLights en 2011 (ce qu’il nous expliquait d’ailleurs l’année dernière dans une interview exclusive).

Pilote sur les circuits routiers et urbains pour le compte de l’équipe Sam Schmidt Motorsport (couronnée l’année dernière avec le français Jean-Karl Vernay. Ndlr), Conor Daly s’est même porté en tête du championnat après une victoire à Long Beach. Mais son programme 2011 ne se limite pas là. L’américain a en effet décidé de participer au championnat GP3 Series, qui se déroule en lever de rideau de la Formule 1.

Alors que son fils semble parti sur la voie du succès, Derek Daly fait profil bas. ‘‘Conor est maintenant à un niveau de développement où il n’a plus besoin de beaucoup de conseils. J’essaye désormais de le diriger vers les personnes que je pense les plus capables de lui transmettre des informations importantes. De nombreuses personnes dans son équipe sont au courant, plus que moi, des choses à faire pour progresser dans l’échelle du sport automobile.’’

Avec Chris Finch (l’ingénieur de Conor. Ndlr), Derek Daly semble avoir trouvé la personne idéale en qui son fils a parfaitement confiance. Avec un rôle mieux défini pour lui, Derek Daly apprécie le fait de pouvoir suivre son fils accomplir ses objectifs. ‘‘Je me rends toujours en tribune, je me branche sur sa radio – attention j’écoute mais je ne parle pas – et j’observe. Il est en position de faire ce qu’il aime, ce pourquoi il est né. Je lui ai transmis ce don et cette passion, et c’est ce dont je suis le plus fier.’’

A terme, les efforts de Conor pourraient être véritablement récompensés. Le jeune pilote américain et effectivement en train de jouer sur deux tableaux : gravir les échelons en Europe ou piloter dans le championnat monoplace majeur aux Etats-Unis, l’IZOD IndyCar Series. En tout cas, avec une préparation telle, Conor Daly semble parti sur de bons rails pour réussir !