L’horloge indique plus de minuit quand les douze pilotes qualifiés pour les playoffs entrent dans le centre média de l’ovale de Richmond. De la tension, du théâtre, de l’humour et des menaces, bref c’était suffisant pour lancer le Chase version 2011 !

Bizarre, voilà le mot qui résume le mieux cette conférence de presse. Une preuve ? C’est Matt Kenseth qui a été le plus drôle de la soirée, lui qui est habituellement si réservé.

La conférence a commencé avec trois hommes, Brad Keselowski, Carl Edwards et Dale Earnhardt Jr.. Tous trois étaient soulagés que l’épreuve de Richmond soit terminée. Le pilote de la Roush Fenway Racing était cependant frustré d’avoir perdu la course. Quand il a été interrogé sur son choix de ne pas rentrer lors de la dernière neutralisation, Brad Keselowski a renchéri « Ouais Carl, pourquoi ne l’as-tu pas fait ? » ce à quoi Carl Edwards a répondu en riant « Va te faire foutre, Brad. »


Dès lors Brad Keselowski et Carl Edwards sont entrés dans une conversation absolument hallucinante, d’un autre monde, sur les crayons et autres taille-crayons contenus dans les boxes.

La discussion s’est ensuite focalisée sur Dale Earnhardt Jr. à qui il a été demandé ce qui serait arrivé s’il n’avait pas réussi à décrocher sa place en playoffs Earnhardt a répondu « Eh bien, j’aurais eu moins de choses à faire dans les dix prochaines semaines. C’est tout, je suppose. »

Sont ensuite arrivés Jeff Gordon et Denny Hamlin, ce dernier était quelque peu exténué par la course et était par moments en plein délire. Du côté de Gordon, il n’y est pas allé avec le dos de la cuiller en parlant de conspiration.

Jeff Gordon : « Quant à vingt tours de l’arrivée vous êtes en tête, je me sentais bien, je ne voulais pas voir de neutralisation. J’ai trouvé cela intéressant de voir que c’était une voiture de la Childress dans l’herbe. » Le quadruple champion de la NASCAR faisait bien sûr référence à Paul Menard, dont la sortie de piste a provoqué une neutralisation qui a permis à Kevin Harvick de s’imposer.

C’est ensuite le vainqueur de la course, Kevin Harvick, qui est arrivé avec son chef d’équipe, Gil Martin. C’est d’ailleurs ce dernier qui s’est exprimé sur son pilote : « Il a toujours le sourire en piste. Lors d’un meeting le dimanche matin, il peut vous faire croire beaucoup de choses. Vous pouvez sauter par-dessus Godzilla après avoir discuté avec lui. »

La tension est ensuite montée d’un cran avec l’entrée de Kurt Busch dans la salle. Le pilote Penske s’est immédiatement dirigé vers un journaliste qui avait eu des mots durs envers lui plus tôt dans la soirée. Busch a élevé la voix contre le journaliste en question et semblait bien décidé à en finir une bonne fois pour toute avec cette histoire, mais les autres pilotes sont arrivés. Jimmie Johnson, dernier à entrer dans la salle, a délibérément pris une place à l’opposée de Kurt Busch.

Kurt était bouillant, Tony Stewart a défié les journalistes de lui poser une question après sa diatribe de vendredi alors que Jimmie Johnson était clairement sur la réserve. Au milieu de tout ce beau monde, Kyle Busch et Ryan Newman avaient des sourires perplexes. La tension était réellement visible.

Matt Kenseth est ensuite arrivé, mais comme la table, qui accueille habituellement trois pilotes, était plus que remplie avec cinq, il a décidé de s’inviter et de s’asseoir sur les genoux de Jimmie Johnson pendant quelques instants avant de s’en aller attendre son tour.

Stewart s’est lui aussi contenu dans les réponses qu’il a livrées et n’a jamais ajouté de commentaires. Jenna Fryer, journalistes de l’agence AP a ensuite posé une question à Jimmie Johnson en indiquant que Kurt Busch était dans sa tête. Le champion 2004 a alors coupé la question de la journaliste « Je n’ai pas dit ça ce soir. Jamais. »

La phrase a pourtant été dite par le pilote Penske, puisque diffusée en direct sur la chaine ESPN. DE plus la transcription mentionnait clairement sa citation. Busch s’est alors énervé lorsque Jenna Fryer lui a montré la transcription que Busch s’est empressé d’aller la lui prendre des mains et de la déchirer en deux avant de s’en aller en claquant la porte.

Matt Kenseth a donc pu prendre la place de Busch et Dustin Long l’a interrogé sur ses résultats lors des précédents Chase qu’il n’a jamais terminé mieux que cinquième. « Je pensais que j’étais meilleur que ça. » a alors répliqué Kenseth. Dustin Long a alors repris le cahier de résultats et a énuméré les classements de Kenseth avant de lui proposer de le déchirer ce à quoi Kenseth a répondu par un sourire.

Après quelques questions, notamment sur les allégations concernant le ‘travail d’équipe’ qui a débouché sur la dernière neutralisation, Kenseth a ri. « Ils restent tous enfermés dans leurs camions et ne parlent pas. Ce n’est pas vrai. Nous sommes tous rassemblés sur les pistes et nous devons pratiquer des poussettes. »

Le rire a été long et bruyant et avant de partir Kenseth a ajouté « Merci les gars. Vous faites un excellent travail. » Une fin parfaite pour l’une des conférences de presse les plus bizarres que la NASCAR ait connu ces dernières années. Voilà qui donne donc le ton avant le début des playoffs le week-end prochain sur l’ovale de Chicago.