Inexistant lors de la première partie de la saison régulière Jeff Gordon a trouvé le bon rythme à partir du mois de juin et semble réellement armé pour jouer le titre. Reste maintenant à voir à quelle série mettra-t-il un terme à l’issue de la saison. En effet Jeff Gordon a toujours été champion après avoir gagné la deuxième manche de la saison (Il a gagné la deuxième course en 1995, 1997, 1998 et 2011 – ndlr.), mais il n’a jamais été champion pour sa première année complète de collaboration avec un chef d’équipe (Champion à la troisième saison complète avec Ray Evernham, à la deuxième avec Robbie Loomis et jamais avec Steve Letarte – ndlr.)


Jeff Gordon a débuté de manière très poussive sa saison 2011. Certes il y a eu cette victoire à Phoenix, mais c’était un trompe l’œil. Au soir de Charlotte, théâtre de la douzième manche de la saison, il comptait une victoire, une pole, trois top-5, trois top-10, deux abandons sur accident (Las Vegas et Richmond – ndlr.) et une place moyenne à l’arrivée de 18ème. Bref des statistiques indignes d’un pilote voulant jouer le titre. Son classement en attestait d’ailleurs avec une piètre seizième place avec plus de deux courses de retard sur le leader d’alors, Carl Edwards.

Mais voilà, à force de travail avec Alan Gustafson la synergie s’est faite, les deux hommes ont compris comment l’autre travaillait et le plus important comment travailler avec l’autre. Résultats c’est un Jeff Gordon transfiguré qui a disputé la seconde partie de la saison régulière.

En quatorze courses il a signé onze top-10, une dix-septième place pour plus mauvais résultat, deux victoires supplémentaires, mais surtout il a signé des courses solides, qu’il n’a certes pas gagné, comme à Indianapolis, mais il a su assurer les gros points.

Résultats il est remonté à la quatrième place au terme de la saison régulière, à moins de cinquante points de Kyle Busch et ses trois victoires lui permettent de débuter les playoffs à la troisième place à seulement trois longueurs de Kevin Harvick et Kyle Busch.

Si Jeff Gordon a été qualifié pour tous les Chases sauf celui de la saison 2005, il n’a été en lutte pour le titre qu’en 2004 et en 2007. Pire encore il ne compte que deux victoires, c’était à Talladega et Charlotte toutes deux en 2007. Si la régularité dans le top-5 sera très importante pour gagner le titre, il faudra aller chercher quelques victoires sous peine de voir ce cinquième titre tant attendu s’envoler une fois encore.