Les American Le Mans vont connaître le week-end prochain leur deuxième point d’orgue de la saison, après les 12 Heures de Sebring au mois de mars.

Disputé depuis 1998 sur le circuit de oad Atlanta, la course du Petit Le Mans en est à sa quatorzième édition. Elle marque à la fois la finale de l’ALMS et l’avant-dernière manche de l’ILMC.

Comme aux 24 Heures du Mans, les festivités commencent dès le début de la semaine, avec des séances d’essais programmées dès ce dimanche. La tension va monter au fil de la semaine, avec des qualifications qui se tiendront vendredi après-midi. Le départ de la course sera donné samedi en fin de matinée (11h30, heure locale).

Et comme en Floride il y a six mois, le plateau est somptueux, avec 58 engagés. Attention au trafic pendant la course !

Les protos

Avec 13 LMP1 et 5 LMP2, le plateau des prototypes s’annonce fourni et relevé. Audi et Peugeot seront bien présentes avec deux voitures chacune.

Petit Le Mans verra les débuts américains de l’Audi R18 (à Sebring, le constructeur allemand avait aligné la R15 Plus). Avec Romain Dumas, Timo Bernhard et Marcel Fässler sur la n°1 et Allan McNish (toujours très en verve sur cette course), Tom Kristensen et Dindo Capello sur la n°2, Audi aura deux équipages rompus à la victoire et connaissant parfaitement les épreuves nord-américaines.

Peugeot ne sera pas en reste, ayant misé sur deux équipages de purs sprinters : Anthony Davidson, Sébastien Bourdais et Simon Pagenaud sur la n° 7, et Franck Montagny, Stéphane Sarrazin et Alex Wurz sur la n°8.

Peugeot pourra également compter sur la présence de la 908 de l’équipe ORECA Matmut, qui, avec Nicolas Minassian, Marc Gené et Nicolas Lapierre, aura à cœur de rééditer l’exploit de Sebring.

On voit mal qui pourra inquiéter Audi et Peugeot en LMP1. La HPD Highcroft, surprenante à Sebring, ne sera pas là et les équipes REBELLION (Prost/Jani/Belicchi) et OAK (Lahaye/Moreau/Ragues) viseront, faute de mieux, la première place dans la catégorie officieuse des moteurs essence.

Les concurrents habituels de l’ALMS devraient avoir du mal à viser le top 5. Les tout fraîchement sacrés Guy Smith et Chris Dyson auront de nouveau fort à faire avec les deux Aston Martin engagées (MUSCLE MILK et AMR) dans cette course dans la course.

En LMP2, on suivra avec intérêt Jean-Karl Vernay qui poursuit sa reconversion en Endurance faute d’Indycar. JK sera engagé sur la Signatech Nissan n°26 aux côtés de Franck Mailleux et de Lucas Ordonez. A noter les débuts dans cette catégorie du United Autosports, qui engagera une Pescarolo pour Zak Brown, Mark Patterson et Stefan Johansson, le sympathique Suédois faisant son retour dans cette épreuve qu’il avait terminé à la seconde place en 2006 sur une Zytek.

En LMPC, l’intérêt se trouvera dans la lutte pour le titre qui oppose Eric Lux (GENOA Racing) et Ricardo Gonzalez/Gunnar Jeannette (CORE Autosport). En dehors cela, les voitures de cette catégorie risquent une fois de plus de gêner les meilleures GT en course.

Les GT

Avec 19 voitures engagées, la catégorie GT a une fois de plus fait le plein. Les BMW ont déjà remporté le titre pilotes avec Joey Hand et Dirk Mueller. Les deux hommes, rejoints pour cette course par Andy Priaulx, auront à cœur de clore cette saison de façon victorieuse. La seconde BMW sera pilotée par Dirk Werner, Bill Auberlen et Augusto Farfus.

Leurs plus sérieux adversaires seront de nouveau les Ferrari 458 Italia et les Corvette C6R. Les Américains seront fidèles au poste, avec les habituels Olivier Beretta, Tommy Milner et Antonio Garcia (n°3) et Oliver Gavin, Jan Magnussen et Richard Westbrook (n°4). Corvette Racing sort d’une saison franchement décevante, avec une seule victoire à Mosport et beaucoup d’erreurs ou d’approximations partout ailleurs.

Il y aura six Ferrari 458 Italia au départ, dont deux peuvent être considérées comme faisant partie des favorites : la n°51 de Giancarlo Fisichella, Gianmaria Bruni et Pierre Kaffer (AF Corse), et la n°062 de Jaime Melo, Toni Vilander et Raphael Matos (Risi Competizione). Le pilote Indycar fera ainsi ses débuts en GT (on se souvient qu’il avait disputé plusieurs courses ALMS en LMP2 de 2006 à 2008).

La surprise pourra venir de chez Porsche. L’actuelle 911 est en fin de vie et souffre face aux GT de la nouvelle génération. Mais les 911 ont connu un petit sursaut d’orgueil ces dernières semaines, grace aux équipes Falken Tire et Flying Lizard (trois victoires lors des quatre dernières courses).

Enfin, nous n’attendrons pas grand-chose des Jaguar et des Lotus, toujours en déficit flagrant de performance.

Six voitures en GTE-AM et sept en GTC (que des Porsche GT3 Cup) complèteront le plateau des GT.

Petit Le Mans – Les précédents vainqueurs

1998 : Wayne Taylor / Eric Van de Poele / Emmanuel Collard (Ferrari)
1999 : David Brabham / Eric Bernard / Andy Wallace (Panoz)
2000 : Allan McNish / Rinaldo Capello / Michele Alboreto (Audi)
2001 : Emanuele Pirro / Frank Biela (Audi)
2002 : Tom Kristensen / Rinaldo Capello (Audi)
2003 : J.-J. Lehto / Johnny Herbert (Audi)
2004 : J.-J. Lehto / Marco Werner (Audi)
2005 : Emanuele Pirro / Frank Biela (Audi)
2006 : Allan McNish / Rinaldo Capello (Audi)
2007 : Allan McNish / Rinaldo Capello (Audi)
2008 : Allan McNish / Rinaldo Capello / Emanuele Pirro (Audi)
2009 : Franck Montagny / Stéphane Sarrazin (Peugeot)
2010 : Franck Montagny / Stéphane Sarrazin / Pedro Lamy (Peugeot)
2011 : ?