Comme la semaine dernière Tony Stewart a parfaitement géré sa consommation pour aller s’imposer. Alors que que l’an dernier Stewart tombait en panne d’essence à l’amorce du dernier virage, il était battu par Clint Bowyer, cette année le pilote de la Chevrolet n°14 a dépassé à deux tours de la fin Bowyer en panne d’essence.


Quelques secondes avant Bowyer, c’est Hamlin qui tombait en panne d’essence et abandonnait ainsi définitivement toute chance de victoire au championnat en fin de saison.

Brad Keselowski a finalement coupé la ligne d’arrivée en deuxième position avec 7,225 secondes de retard sur Stewart. Greg Biffle, en panne d’essence dans le dernier tour a pris la troisième place juste devant Jeff Gordon, qui avait pourtant la meilleure voiture de la course, mais dont l’équipe n’a pas été capable d’assurer l’essentiel dans les stands.

Brian Vickers, Matt Kenseth, David Ragan, Carl Edwards, Juan Pablo Montoya et Regan Smith complètent le top-10 de cette épreuve.

Au classement général, Tony Stewart s’empare du commandement avec sept longueurs d’avance sur Kevin Harvick. Suivent Brad Keselowski, Carl Edwards et Jeff Gordon pour le top-5 qui se tient en 23 points.

Ryan Newman s’emparait de la tête de l’épreuve dès l’agitation du drapeau vert. Le pilote de la Stewart-Haas Racing allait mener les soixante-deux premières boucles avant de céder la tête lors de la première salve de ravitaillement, qui se déroulait sous drapeau vert. En anticipant l’arrêt de quelques tours, Kahne parvenait à ressortir en tête avec un matelas de plus de cinq secondes d’avance sur Jeff Gordon.

Il faudra attendre le 87ème tour pour avoir la première neutralisation de l’épreuve suite à un débris dans les virages trois et quatre. David Ragan était invité à revenir dans le tour. Tous les leaders choisissaient de repasser par la voie des stands pour ne prendre que deux pneumatiques alors que Martin et Montoya choisissaient de privilégier la position sur la piste en ne s’arrêtant pas.

Si Montoya allait rapidement se faire avaler par ses adversaires, Martin résistait jusqu’à la fin de son run ou presque. Il cédait le commandement de l’épreuve à Kasey Kahne au tour 138 avant de s’arrêter quatre boucles plus tard.

Moins de dix tours plus tard la deuxième salve de ravitaillements sous drapeau vert était effective et Kasey Kahne choisissait une nouvelle fois de s’arrêter très tôt alors que Jeff Gordon restait le plus longtemps possible en piste et s’arrêtait sous drapeau jaune suite à la neutralisation causée par Landon Cassill qui après avoir crevé à l’avant droit est allé frapper le mur extérieur. À cet instant seuls quatre pilotes étaient dans le tour du leader. Cependant, tous les pilotes qui s’étaient arrêtés sous drapeau vert ne s’arrêtaient pas sous drapeau jaune, à l’exception de Mark Martin qui faisait un complément de carburant, et revenaient dans le tour.

Bien qu’à l’extérieur de Kasey Kahne lors de la relance, Jeff Gordon s’emparait de la tête de l’épreuve. Matt Kenseth allait être le premier chaser à rencontrer des problèmes en partant en tête à queue au tour 173 bien aidé par une poussette de Carl Edwards.

Plusieurs pilotes choisissaient de revenir dans les stands pour des stratégies diverses. Gordon et Kahne restaient quant à eux sur la piste, tout comme Clint Bowyer et Mark Martin. Profitant de la ligne intérieure pour relancer, Jeff Gordon conservait la tête de l’épreuve.

Kasey Kahne choisissait de s’arrêter à 83 tours de l’arrivée, avant d’être imité quelques boucles plus tard par Mark Martin, Denny Hamlin et Clint Bowyer et quelques autres leaders.


Dale Earnhardt Jr. crevait à l’avant droit à soixante-dix tours de l’arrivée, m’ais n’était pas à l’origine d’une neutralisation. Jeff Gordon rejoignait pour sa part son emplacement en panne d’essence et perdait de précieuses secondes.

La salve d’arrêts se terminait à une cinquantaine de tours de l’arrivée et Kasey Kahne reprenait la tête devant Clint Bowyer, Tony Stewart, Jeff Gordon et Greg Biffle pour le top-5. Le pilote de la Red Bull Racing ne tardait pas à perdre des places, lui qui était clairement sur une stratégie d’économie de carburant.

À vingt tours de l’arrivée, Jimmie Johnson tentait de prendre l’avantage sur Kyle Busch pour une place dans le top-15, mais les deux hommes allaient au contact, mais parvenait à conserver le contrôle de leur voiture tout en perdant quelques places.

Trop court en carburant, Kasey Kahne était obligé de s’arrêter dans les vingt derniers tours et perdait ainsi toute chance de victoire.