Alors que l’on attendait une performance de premier ordre pour Scott Dixon ou Dario Franchitti, c’est finalement Will Power qui s’est illustré lors des qualifications des Kentucky Indy 300.

L’Australien certes performant aux essais libres ne s’était jusque là jamais montré comme un prétendant à la Pole Position et pour cause. Durant les deux séances précédant les qualifications, l’Australien a toujours essayé de rouler par ses propres moyens en évitant l’aspiration. Ainsi il a pu valider ses réglages dans des conditions très fraîches, proches de celles rencontrées hier soir.


Et le résultat ne s’est pas fait attendre. Avec deux tours bouclés à la moyenne de 219,283mph, l’Australien s’est adjugé sa huitième Pole Position de la saison et sa 24ème en carrière. Sur la grille de départ il s’élancera devant une voiture Ganassi mais pas celle que l’on attendait. En effet Graham Rahal a bouclé deux solides tours pour se qualifier en première ligne pour la deuxième fois de la saison après sa deuxième place à Baltimore.

En deuxième ligne, le rookie James Hinchcliffe a passé un message clair à son adversaire pour le titre de « Rookie of The Year », J.R. Hildebrand qui s’élancera depuis la cinquième position : il sera un concurrent à prendre au sérieux lors de la course.

Entre les deux rookies, Ed Carpenter a fait profiter Sarah Fisher Racing de toute sa science du Kentucky Speedway pour s’immiscer en deuxième ligne. A la sortie de sa voiture, Carpenter a déclaré avoir une voiture très performante et qu’il était confiant sur ses chances de victoire dimanche.

Sur la troisième ligne, Marco Andretti s’élancera depuis la sixième position et n’en croyait pas ses yeux lorsqu’il a vu son résultat. Déjà vainqueur sur l’Iowa Speedway, Andretti sait désormais qu’il a le matériel pour répéter cette même performance dimanche.

Nous l’avons vu, les trois premières lignes sont composées d’outsiders, hormis pour Power. Mais où sont donc les monoplaces du Chip Ganassi Racing ? Et bien il faut descendre à la septième position pour trouver la première des deux grâce à Scott Dixon.

Concernant la seconde monoplace du Chip Ganassi Racing, il faut aller encore plus loin dans le classement pour la trouver. Dario Franchitti a réalisé sa plus mauvaise performance de l’année en qualification avec un décevant 11ème chrono. Quatrième lors des deux séances d’essais libres, l’Ecossais fut contraint de changer de moteur entre les essais et les qualifications. Résultat des des courses ? Un mile de perdu par tour… Ce fait illustre bien l’incertitude des sports mécaniques. De favori, Franchitti est passé à un rôle d’observateurs privilégié. Mais attention à lui lors de la course, sa voiture ayant montré un excellent potentiel dans le trafic.


Le résultat est encore plus décevant pour les coéquipiers de Power. Toujours hors du coup lors des essais, Helio Castroneves et Ryan Briscoe n’ont pu trouver la vitesse nécessaire pour intégrer le top-10. Au final ils s’élanceront respectivement de la 16ème et 18ème place et devront batailler dur dans le trafic pour remonter et aider Power dans sa quête pour le titre.

Dans la deuxième moitié de la grille, Simona de Silvestro est celle qui a le plus progressé entre les essais et les qualifications. La Suissesse en délicatesse sur les ovales depuis ses deux gros accidents d’Indianapolis et de Milwaukee a retrouvé la confiance en décrochant un superbe 13ème chrono devant Danica Patrick.

En revanche, les qualifications ont été cruelles pour deux pilotes. Le premier n’est ni plus ni moins que Dan Wheldon ! Vainqueur à Indianapolis, le Britannique n’a pu tenter sa chance la faute à un contrôle technique non-satisfait par sa monoplace. Il s’élancera depuis l’avant-dernière position sur la grille et aura donc un avant-goût du défi qui l’attend à Las Vegas.

Il sera accompagné sur la dernière ligne par Pippa Mann qui a une nouvelle fois connu un accident après celui dont elle fut victime à Loudon. Fort heureusement pour elle, celui-ci fut beaucoup moins violent et la Britannique devrait pouvoir prendre le départ.