Jimmie Johnson est bel et bien de retour. Pour ceux qui en doutaient encore, il a levé toute ambiguïté en s’imposant au Kansas après avoir dominé la course. Johnson a résisté à Kasey Kahne lors d’un green-white-checkered causé par l’explosion du moteur de Jeff Gordon au tour 265 sur les 267 initialement prévus.


Cette victoire n’est que la seconde pour Johnson cette saison après celle décrochée à Talladega, mais c’est surtout sa cinquante-cinquième en carrière, il égale ainsi Rusty Wallace au huitième rang des pilotes les plus victorieux dans l’histoire. C’est aussi son vingtième succès en carrière lors d’une course du Chase, sachant qu’il y en a eu soixante-quatorze !
>BR>

Brad Keselowski a pris la troisième place suivi de Matt Kenseth et Carl Edwards qui sauve un top-5 après avoir été relégué à un tour en début d’épreuve. Edwards reprend ainsi la tête du championnat avec un point d’avance sur Kevin Harvick. Jimmie Johnson pointe à la troisième place à quatre longueurs.

Brad Keselowski reste dans le coup pour le titre puisqu’avec trois top-5 en quatre courses il est à onze longueurs d’Edwards en quatrième position. Matt Kenseth, cinquième est à une unité du pilote Penske.

Jimmie Johnson : « Nous avons tapé à la porte toute l’année. Nous avons été battu à certains moments et à d’autres nous nous sommes battus. Nous avons fait notre travail et nous allons voir si nous pouvons le faire six fois de plus. Nous faisons les bonnes choses. c’est un pas dans la bonne direction, mais en six courses beaucoup de choses peuvent arriver. »

Avant l’explosion du moteur de Gordon, Johnson comptait plus de deux secondes d’avance. Lors de la relance Johnson a surpris Kahne en accélérant tôt et ce dernier a fait patiner ses pneumatiques ce qui a permis à Johnson de sceller sa victoire.

Kasey Kahne : « Sur la relance Brad m’a donné un bon push, mais je ne pouvais pas rivaliser avec Johnson. »

Un débris au tour 205 a mis fin à une période de drapeau vert qui avait débutée au tour 89 et qui avait vu deux salves de ravitaillement. Johnson avait plus de douze secondes d’avance sur Stewart deuxième alors qu’Edwards, seizième était à un tour.

Le pilote de la Roush Fenway Racing a récupéré son tour de retard quand Landon Cassill est parti en tête à queue dans l’herbe au tour 220 pour ce qui était la quatrième neutralisation de l’épreuve. Les pilotes ravitaillant à 47 tours de l’arrivée, la consommation n’était plus un facteur déterminant pour la fin de course.

Ce succès est le 199ème pour la Hendrick Motorsports et permet à Chevrolet de remporter le titre constructeur en cette saison 2011 à condition qu’une Chevrolet prenne part aux six dernières courses de la saison. À noter que Tony Stewart a perdu gros lors du dernier arrêt en manquant son emplacement. Entré dans le top-5, il est ressorti en quinzième position et se retrouve désormais septième du championnat à dix-neuf points.