« L’INDYCAR est triste d’annoncer que Dan Wheldon est décédé de suite de ses blessures. Nos pensées et nos prières sont avec Dan et sa famille. L’INDYCAR, ses pilotes et ses écuries ont décidé d’arrêter la course. Nous ferons une parade de cinq tours en la mémoire de Dan.« 

C’est par ces mots que Randy Bernard a rendu publique la triste nouvelle. En salle de presse, le Président de l’INDYCAR n’a pas caché son émotion au moment de révéler la nouvelle choc aux yeux du monde entier. Dan Wheldon était un ambassadeur formidable pour ce sport. De nature très souriante, Wheldon parvenait toujours à rester positif même durant cette saison 2011 qui l’a vu sans volant.


« C’est une année incroyable. Ma femme a mis au monde notre deuxième enfant et je peux passer du temps avec eux puisque je n’ai pas de volant cette année.« , avouait le sourire aux lèvres le champion 2005 à l’aube de la saison 2011. Même après sa seconde victoire à Indianapolis, le Britannique gardait sa joie de vivre naturelle, bien qu’il soit à ce moment de nouveau sans emploi.

Ce trait de caractère est sans doute ce qui restera dans les mémoires du plus grand nombre. Retour sur les déclarations du paddock de l’INDYCAR et sur quelques anecdotes révélées par Dario Franchitti et Chip Ganassi Racing.

Dario Franchitti : « A l’instant j’ai du mal à ressentir quelque chose. Je suis sans voix. Vous savez, à un moment vous plaisantez durant l’introduction des pilotes, et peu après Dan n’est plus là. Je disais à Sebastian (ndlr : l’ainé de Dan Wheldon) durant la parade jeudi que j’ai connu son Papa quand il faisait sa taille, il avait six ans quand je l’ai rencontré. Et par la suite, je racontais à l’un de mes amis, Jesse Spence que je courrais contre lui en karting (…). Puis il est devenu mon coéquipier en IndyCar. Nous avons connu des tensions mais nous étions amis. Puis il est allé dans l’écurie de Chip Ganassi. Nous nous mettons tant de pression pour gagner des courses et des championnats, c’est ce que nous aimons faire. C’est ce pourquoi on vit, et dans des jours comme aujourd’hui, ça n’importe pas. Nous avons, j’ai perdu un ami proche, tout le monde dans le paddock de l’IndyCar le considérait comme un ami. Il était juste l’une de ses personnes spéciales. La première fois qu’il a intégré l’IndyCar, il était un peu impétueux mais il était plein de charme. Puis il est devenu ce père de famille. Il était toujours charmant mais il avait cette nouvelle facette à sa personnalité. Avec Susie (ndlr : sa femme) et ses garçons… C’est tout ce à quoi je pense et j’essaie de tenir.« 

(A propos des cinq tours de parade) : « J’aimerais remercier tous les fans pour le respect qu’ils ont montré envers Dan, et également toutes les personnes des différentes écuries. C’était un très joli geste. Je pensais à des histoires que j’ai vécues avec Dan, de choses que nous avons faites. Je pensais à des moments marrants que nous avons connus. Mais vraiment, maintenant, c’est triste, c’est très très triste. C’est le côté sombre de notre sport.

(A propos d’une anecdote à partager) : « Vous savez il y en a plusieurs. Celle qui me reste en mémoire est la suivante. Je crois que Dan a des origines irlandaises, la famille de son père est irlandaise, et je pense beaucoup écossaise, particulièrement quand il pilotait pour Andretti Green Racing, parce qu’il ne voulait jamais vous offrir à boire ou à manger et nous payions toujours. Nous plaisantions sur le fait qu’il était le frère que nous voulions repousser. Et ensuite il a signé pour Chip et nous étions tous dehors à New-York et il dit ‘Allons dîner, c’est moi qui paie’. On s’est tous dit ‘Quoi ?’. Et nous avons fini par aller à ce restaurant qui vous reste en mémoire. Nous voulions mettre à mal sa carte bancaire et nous avons commencé à commander beaucoup de plats chers, beaucoup de champagne. L’addition est monté à environ 5000$. Et je n’oublierai jamais son visage. Mais il n’a pas fléchi. Il a sorti sa carte et a payé. Il a dit ‘C’est pour tout ce que vous avez fait pour moi.’. Il va me manquer.« 

Chip Ganassi : « Lorsque j’ai rencontré Dan pour la première fois, c’était un jeune homme et il est allé dans l’écurie de Michael (Andretti), et ses coéquipiers là-bas, Franchitti, Kanaan et Herta se disaient ‘Je ne sais pas comment Dan fait ça.’ Il gagnait des courses et prenait du plaisir. Et par la suite je l’ai mieux connu, et je l’ai signé pour rejoindre notre écurie. J’ai compris pourquoi il avait remporté toutes ces courses. Il savait qu’il pouvait sentir la victoire. Et dès qu’il la sentait, c’en était fini. Il a remporté sa première course pour nous au 24 Heures de Daytona. Puis il a remporté Homestead. C’était incroyable. Et à ce moment vous avez compris ce que ce gars avait en lui et qu’il possédait quelque chose de spécial. Si vous demandez à Scott (Dixon) ce que Dan a apporté à l’écurie lorsqu’il est venu, il a apporté tellement. Je pense qu’il a appris à Dixie comment remporter des courses, vous voyez ce que je veux dire ? Il a fait de lui un meilleur pilote. Qu’est ce je peux vous dire. Il va nous manquer et tout le monde de l’INDYCAR est un peu parti avec lui aujourd’hui.«