En février dernier lors de la seconde Gatorade Duel Jeff Gordon et Trevor Bayne n’avaient pas de partenaire attitré pour cette épreuve qualificative des Daytona 500, ils avaient décidé de travailler ensemble et le moins que l’on puisse dire est que l’association avait bien fonctionné, jusque dans les derniers mètres. Pourtant Jeff Gordon roule en Chevrolet pour la Hendrick Motorsports alors que Trevor Bayne roule en Ford à la Wood Brothers Racing.


Depuis cette époque de l’eau à coulé sous les ponts et trois courses avec les plaques de restriction se sont déroulées et les associations se sont naturellement formées par écurie, ou par constructeur. Très rarement un pilote roulant pour un constructeur faisait le draft avec un autre, à tel point que pour cette seconde course de Talladega les pilotes Ford avaient pour consigne de rouler avec un autre pilote Ford.

En fin d’épreuve, les accidents ont eu raison de plusieurs duos si bien que Jeff Gordon et Trevor Bayne ont passé un accord pour drafter jusqu’au bout, le pilote Ford étant derrière le pilote Chevrolet, mais voilà chez Ford on préfère perdre une course en restant ensemble, plutôt que de tenter de la gagner en profitant d’alliers de circonstances (C’est ce qu’avait fait Trevor Bayne avec Bobby Labonte lors des Daytona 500 – ndlr.).

Matt Kenseth est alors remonté sur le duo Bayne / Gordon quelques instants après l’agitation du drapeau vert se collant à Bayne, ce qui a eu pour effet de décoller Gordon et de les désorganiser tous les trois. Au final, Kenseth empêche donc un adversaire potentiel de lui reprendre des points et de se replacer pour le titre, mais il n’a pas su en tirer partie, puisqu’il ne termine que dix-huitième alors qu’il était bien installé dans le top-10 au moment des faits. Bayne a pour sa part pris la quinzième place alors que Gordon n’a pu faire mieux que vingt-septième sous le drapeau à damier.

Gordon était étonné de la tournure des évènements dans les deux derniers tours, mais il a réussi à s’expliquer avec Bayne et les choses sont on ne peut plus claires.

Jeff Gordon : « Je trouve cela bizarre. Nous avions parlé dans la radio et trouvé un accord pour qu’il me pousse. Je lui ai clairement demandé ‘Quel est-ton deal ? Travailles-tu avec quelqu’un ?’ et il m’a répondu ‘Non, je te pousse.’. J’ai alors coupé la radio pour parler à mes gars et lorsque je me suis reconnecté il m’a dit ‘Ouais, ouais, ouais.’. Trevor est venu me voir dans les garages et m’a dit ‘Hey, ce n’était pas moi, ce n’était pas moi. C’est ce que l’on m’a dit de faire.’ J’ai été surpris que personne ne m’informe par radio. »

Gordon aurait également pu travailler avec un de ses anciens équipiers de la Hendrick Motorsports, Casey Mears.

Jeff Gordon : « La politique joue parfois un rôle. Il (Trevor Bayne – ndlr.) se sentait mal à propos de cela. J’étais prêt à aller avec le n°13, mais Trevor est venu me voir et m’a dit qu’il était d’accord pour bosser avec moi. Il avait une voiture rapide et nous avions un passé plutôt bon ensemble. »

Après la course Bayne a écris sur son compte Twitter qu’il n’avait pas aimé devoir travailler seulement avec certaines voitures et quitter Jeff Gordon en dépit de l’accord passé entre les deux hommes jusqu’au drapeau à damier.

Trevor Bayne : « Je ne suis pas heureux de cela. C’est trop prémédité. Nous devrions pouvoir rouler avec qui nous souhaitons. C’est pourquoi je me sens si mal à propos de tout ça. Je participerai pas à des courses à plaques de restriction la saison prochaine tant que je serai dans cette situation. »

Les responsables de chez Ford vont-ils mettre de l’eau dans leur vin et comprendre qu’ils ont fait une erreur, ou bien persisteront-ils dans le jusque-boutisme quitte à devoir se passer du vainqueur des Daytona 500 qui s’est révélé être un atout précieux sur ces courses ?