En tant qu’ancien champion de la NASCAR Sprint Cup Series Kurt Busch bénéficie d’une place provisionnelle voila un atout qui peut intéresser plusieurs écuries désireuses d’ouvrir une nouvelle structure.


De la Roush Fenway Racing à la Richard Childress Racing petit tour d’horizon des différentes écuries ayant au moins un volant de libre pour la saison prochaine.

La Roush Fenway Racing : Parti en mauvais terme en 2005 de l’écurie avec laquelle il avait été champion une saison plus tôt, Kurt Busch n’y reviendra pas. De plus le manque de sponsor pour cette écurie n’est pas un avantage.

La Richard Childress Racing : Clint Bowyer parti à la Michael Waltrip Racing il y a donc un volant de disponible, problème le manque de sponsor.

La Joe Gibbs Racing : Il est déjà difficile pour Joe et J.D. Gibbs de gérer un Busch, alors deux cela semble plus que délicat. Là encore tout semble bouclé pour 2012 dans cette écurie et les difficultés à attirer des sponsors n’aide en rien Kurt Busch.

La Stewart-Haas Racing : L’écurie championne en titre utilise du matériel de la Hendrick Motorsports, écurie avec laquelle Kurt Busch a eu maille à partir ces deux dernières années. Cependant, s’il parvient à amener un sponsor, Tony Stewart pourrait considérer avec attention l’offre.

La Michael Waltrip Racing : Elle ne souhaite pas faire rouler une voiture sans sponsor, tout comme la Earnhardt-Ganassi Racing. Avec la publicité que s’est faite Kurt Busch en 2011, pas sûr qu’il intéresse ces deux écuries.

La Richard Petty Motorsports : Andrew Murstein, le patron de l’écurie n’a pas caché son envie d’engager un pilote libre de tout contrat. L’association avec la Roush Fenway Racing fera-t-elle capoter un possible accord ?

La Phoenix Racing : Cette écurie satellite de la Hendrick Motorsports reste engluée en milieu de peloton avec le jeune Landon Cassill qui aurait bien besoin de l’expérience d’un pilote du calibre de Kurt Busch pour montrer de belles choses.

La future Red Bull Racing : Aucun investisseur n’a pour l’instant manifesté son intention de racheter l’écurie qui fermera ses portes dans quelques jours. Un pari risqué pour Kurt Busch.