Le constructeur britannique Lotus a annoncé aujourd’hui que toutes les voitures portant son nom aussi bien en Formule Un, en IndyCar, qu’en GP2 et GP3 porteront toutes les célèbres couleurs noires et or. Cette livrée a participé à la légende de la marque entre les années 70 et 80 lorsque Mario Andretti, Nigel Mansell et Ayrton Senna ont mené les Lotus à la victoire en Formule Un.

Dany Bahar, le Président de Lotus a indiqué que ces couleurs devenaient le standard de la marque en compétition.

« Tout le soutien officiel de Lotus dans les sports mécaniques sera identifié par les couleurs noires et or et nos clients arboreront les couleurs vertes et jaunes ou autre chose.« 

Actuellement, Lotus soutient l’écurie ART en GP3 et GP2 tandis qu’en IndyCar, le constructeur est passé du statut de sponsor de l’écurie KV Racing Technology à motoriste et partenaire des écuries Lotus-HVM Racing, Dreyer & Reinbold Racing, Bryan Herta Autosport et Michael Schank Racing.


La seule exception à ce standard sera l’écurie Lotus-HVM Racing qui continuera d’arborer une peinture à dominante verte à la demande de son sponsor Nuclear Energy. Mais gageons qu’un accord sera trouvé avec Lotus pour associer le vert du sponsor avec le traditionnel vert « Lotus ».

De plus, Bahar a précisé qu’il se félicitait de l’augmentation de l’implication de Lotus en IndyCar dans un championnat en pleine ascension, principalement dû au retour de la concurrence des motoristes après six ans de monopole Honda. En effet, aux côtés de Lotus, Chevrolet et Honda fourniront également des moteurs au reste du plateau.

« L’IndyCar est différente, c’est la première fois qu’ils nomment une voiture après une écurie. Auparavant, vous n’auriez jamais dit qu’Helio Castroneves pilotait pour untel. C’était toujours pour le Team Penske.« 

« Désormais c’est différent. Vous avez un moteur et vous avez une voiture, donc ce n’est pas super important que la livrée soit là, pas autant que d’avoir le nom de la voiture, le nom du moteur associé à la voiture, ce que nous avons en Formule Un et ce que nous avons maintenant en IndyCar.« 

« Donc c’était toujours le but, ne pas être un sponsor ou un autocollant, mais d’être la voiture elle-même. Ca a pris du temps d’en arriver là, mais maintenant nous y sommes.«