La semaine dernière, Dallara a effectué deux jours de tests en soufflerie à Windshear en Caroline du Nord afin de valider des solutions techniques qui garantiront une nette amélioration des performances de sa nouvelle monoplace.

Largement décriée par les pilotes qui ont eu l’opportunité de la tester à Indianapolis, la DW12 s’est vu subir une cure intensive de deux jours en soufflerie, le tout supervisé par Will Phillips, Président de la Technology pour l’INDYCAR.


L’objectif était de rivaliser avec les performances de la dernière voiture utilisée jusqu’alors, la Dallara IR07. Pour cela, les ingénieurs ont défini comme cible les 227,34mph réalisés à Indianapolis par l’un des châssis de l’écurie Chip Ganassi Racing. Pour rappel, lors des tests organisés en novembre, la DW12 n’avait pu faire mieux que 215,6mph.

« Nous avons ensuite comparé la voiture comme elle avait évolué lors du dernier test en novembre sur le Speedway. Nous avons observé qu’aérodynamiquement, elle n’était pas capable de dépasser 218,4mph, donc les pilotes et les écuries ont fait un bon boulot ont utilisant son potentiel maximum. Nous avons ensuite fait une comparaison avec la voiture commercialisée qui est très légèrement différente du prototype avec des rétroviseurs différents, des panneaux de roues arrières différénts, des évolutions fines dans la conception du châssis et une meilleure intégration du Zylon (les protections latérales).« 

« En fait, la voiture commercialisée a une meilleure pénétration dans l’air que le prototype. Ca a augmenté la vitesse au fur et à mesure que la voiture roulait. Nous avons ensuite regardé comment nous pouvions améliorer la force aérodynamique de la voiture. En fait, en optimisant les réglages aéro, en rééquilibrant la voiture, en enfin en ajoutant des pièces aéro en développement, nous avons montré qu’en utilisant une puissance nominale de 575 chevaux, la voiture est capable d’atteindre facilement 225mph.« 

Phillips a ajouté en conclusion que l’arrivée des kits aérodynamiques en 2013 favorisera l’accroissement des performances de la nouvelle monoplace sur ovales mais a également précisé qu’elle devra être bien équilibrée mécaniquement pour supporter de telles vitesses. Un défi qui s’annonce passionnant pour les ingénieurs comme pour les pilotes.