Pour remporter une course il faut la terminer et éviter les embûches. Si Kyle Busch s’est évertué à respecter la première partie de l’adage, c’est loin d’être le cas de la seconde, puisque le pilote de la Joe Gibbs Racing est passé par tous les états.

À deux tours de l’arrivée Jeff Gordon a poussé Kyle Busch en virage, il s’en est suivi un big one éliminant bon nombre de pilotes. Jimmie Johnson, Jeff Gordon (Qui est parti en tonneau – ndlr.), Jamie McMurray ou encore Kurt Busch était sévèrement touchés. Tony Stewart s’en sortant bien, tout comme Kyle Busch qui partait en tête à queue.


Tony Stewart et Kyle Busch à la lutte jusqu’au bout !

Lors de la relance Ambrose et Keselowski prenaient quelques longueurs d’avance, mais allaient être très vite rattrapés puis dépassés par un duo composé de Stewart et Kyle Busch. Les deux hommes prenaient suffisamment d’avance pour s’expliquer sur la ligne. Au final Kyle Busch bat Tony Stewart de treize millièmes de seconde, pour ce qui est le plus petit écart à l’arrivée de l’histoire du Shootout.

Si la victoire s’est jouée entre deux duos, les paquets ont été très présents tout au long de la course et la NASCAR ne devrait apporter que de mineurs ajustements pour les Daytona 500, puisque si tout n’est pas parfait, les courses en duos semblent bien appartenir au passé.

Dès l’agitation du drapeau vert le peloton passait à trois de front et la tension était telle que ce n’était qu’une question de minutes pour être témoin du premier accident de l’année en condition de course. C’est Dale Earnhardt Jr. qui bouclait le premier en tour en tête sous les acclamations de la foule.

Le premier Big One de la saison

Il faudra finalement attendre le neuvième tour pour voir une grande partie du peloton impliquée dans un accident après que David Ragan ait envoyé Paul Menard en travers.

Au total c’était neuf pilotes qui étaient impliqués, outre les deux premiers pilotes cités, Jeff Gordon, Juan Pablo Montoya, Denny Hamlin, Kasey Kahne, Matt Kenseth, Jeff Burton et Michael Waltrip étaient, à des degrés différents, pris dans l’accident.

Du fait des changements effectués par la NASCAR, notamment au niveau du refroidissement, couplés à la nervosité des pilotes, le nombre de changement de leaders étaient important et c’est finalement Jamie McMurray qui a bouclé le premier segment en tête devant Jeff Gordon, Kevin Harvick, Kyle Busch et Marcos Amborse.

Bien qu’impliqué dans l’accident du neuvième tour, Jeff Gordon avait une voiture rapide, comme en témoigne l’échange radio qu’il a eu avec Alan Gustafson avant de repasser par les stands.

Jeff Gordon : « Si nous pouvons réparer l’avant gauche nous serons au top. Nous avons une voiture rapide. »

Une pause bienvenue pour réparer les voitures.

Toutes les écuries mettaient à profit la pause de dix minutes pour apporter les derniers ajustements nécessaires. Denny Hamlin récupérait l’un de ses deux tours de retard lors de cette neutralisation puisqu’il était le premier pilote au-delà du tour du leader.

Si McMurray relançait en tête, c’est Jeff Gordon qui allait prendre l’avantage et mener le tour de relance avant de se faire passer par la moitié du peloton après avoir un peu trop ouvert la porte. Six tours après la relance Martin Truex Jr. envoyait son coéquipier, Clint Bowyer en tête à queue à la sortie du tri-ovale. Les deux hommes avaient manqué de partir à la faute quelques instants plus tôt.

La neutralisation permettait à Denny Hamlin de revenir dans le tour et à tous les pilotes de ravitailler. Greg Biffle, rentré en tête, gagnait la bataille des stands.

À mi-parcours dans ce second segment Kyle Busch se rabattait trop rapidement sur Jimmie Johnson et partait à l’équerre, mais parvenait à garder le contrôle de sa voiture, mais cela avait pour effet de scinder le peloton en trois groupes.

Les accidents ont généré des frustrations

À vingt-tours du drapeau à damier, Joey Logano faisait une erreur dans le draft et partait à la faute, il emmenait avec lui Martin Truex Jr., Dale Earnhardt Jr., Kevin Harvick, Matt Kenseth ou encore Marcos Ambrose. Autant de noms qui ne pourront pas gagner cette épreuve.

Richard Childress : « S’ils poussent dans les virages il va y avoir des accidents et cela va coûter de l’argent. C’est ridicule. »

Lors de la neutralisation plusieurs pilotes choisissaient de ne pas ravitailler, parmi eux Jeff Gordon et Greg Biffle.