La semaine dernière dernière Brad Keselowski a fait parler de lui et a créé le buzz en signant le premier tweet réalisé par un pilote alors qu’il est derrière le volant de sa voiture en course. Le jeune pilote de la Penske Racing a en effet pris une photo depuis son poste de pilotage lors du drapeau rouge qui a neutralisé les Daytona 500. Après ce premier tweet, il a rejoins les autres pilotes et a continué à tweeter. La grande question qui a animé les médias depuis – y compris l’émission Splash’n’ Go de mercredi dernier – était de connaitre les raisons qui ont poussé Keselowsi a garder son téléphone portable avec lui. Et là surprise, cela n’avait rien à voir avec son compte Twitter.

Une longue histoire !

« La raison pour laquelle j’ai gardé mon téléphone dans la voiture ? Et bien c’est une longue histoire. » a déclaré Keselowski, qui a quand même récupéré plus de 100000 abonnés à son compte twitter lors des deux heures du drapeau rouge qui a suivi l’accident de Juan Pablo Montoya.

« J’étais en Californie au volant d’une voiture de Dale Earnhardt Jr. et je venais tout juste d’hériter de la voiture n°88 (en NASCAR Nationwide Series). Nous étions en course et j’ai subi un très gros accident. Ils m’ont évacué par hélicoptère et bien sûr ma famille n’était pas sur place. Ils n’avaient aucune idée de mon état et honnêtement moi non plus. »

Keselowski était donc arrivé à l’hôpital de Los Angeles sans téléphone, sans vêtement, sans portefeuille et sans aucune idée de l’endroit où il se trouvait.

« Je n’étais pas KO ni rien, mais j’étais harnaché dans l’hélicoptère et je n’avais aucune de ce qui se passait réellement. »

L’accident qui a tout déclenché

L’année dernière, en août sur le circuit de Road Atlanta, Keselowski a rencontré un autre problème lorsqu’il s’est fracturé la cheville lors d’une séance d’essais.

« Une nouvelle fois j’ai été transporté à l’hôpital par les airs, mais cette fois j’avais mon téléphone avec moi. Je l’avais gardé avec moi parce que les séances d’essais sont très longues et parfois vraiment ennuyeuses, monotones. Vous êtes dans la voiture pendant une heure sans rien faire en attendant que votre équipe fasse des modifications. »

« Donc après l’accident, il m’ont remis dans l’hélicoptère et hop encore le même cinéma jusqu’à l’hôpital. Avec mon téléphone, j’ai pu envoyer une petit message à ma mêre du genre ‘Si tu lis quelque chose dans les infos, ne t’inquiète pas je suis ok.’ Cela permet d’éteindre le feu avant qu’elle se fasse du soucis et elle a vraiment apprécié. »

« Maintenant je garde mon téléphone avec moi pour cette raison. A Daytona, je n’avais pas prévu de tweeter ni qu’il y aurait un drapeau rouge. »