Le triple champion de la NASCAR Sprint Cup Series ne s’était jamais imposé sur le Las Vegas Motor Speedway, c’est désormais chose faite. Tony Stewart a parfaitement géré les dernières relances pour signer sa quarante-cinquième victoire en carrière.

Keselowski, Johnson et la Roush se cassent les dents

Brad Keselowski a tenté une stratégie à la consommation qui s’est révélée désastreuse. Le pilote de la Penske Racing a été contraint de repasser par la voie des stands à une dizaine de tours de la fin juste après un restart qui l’a vu passer de la deuxième à la vingtième place en quelques centaines de mètres.

Malgré sa voiture de réserve, Jimmie Johnson semblait être le mieux armé pour battre Stewart, mais c’était sans compter sur les accélérations parfaites du pilote de la Chevrolet n°14, qui a fini par dégouter tous ses adversaires.


Du côté de la Roush Fenway Racing on n’a pu qu’assister impuissant à la domination des moteurs Hendrick. Lors de la dernière relance Matt Kenseth tape le mur et perd ainsi tout le bénéfice de sa course. Le vainqueur des Daytona 500 se classe finalement vingt-deuxième et dernier pilote dans le tour.

Stewart s’impose finalement avec 461 millièmes d’avance sur Johnson. Greg Biffle, Ryan Newman et Carl Edwards complètent le top-5. Grâce à cette troisième troisième place cette saison, Greg Biffle s’empare de la tête du classement général.

Le top-10 de cette épreuve est composé de Clint Bowyer, Paul Menard, Jamie McMurray, Trevor Bayne et Dale Earnhardt Jr..

Les frères Busch maudits à domicile

Extrêmement fluide dans ses trois premiers quarts, la course a finalement été ralentie à huit reprises. La Burger King Racing s’est faite remarquée avec l’explosion du moteur de Travis Kvapil peu avant la mi-course alors que celui de Landon Cassill a cédé à moins de trente tours du drapeau à damier.

Les frères Busch, tous deux natifs de Las Vegas, n’ont pas brillé. Ils sont chacun à l’origine d’une neutralisation, Kurt tout d’abord qui perd l’arrière de sa voiture à seize tours du but et termine sa course dans le muret intérieur. Kyle ensuite, qui comme son frère, ne contrôle pas sa voiture dans le virage n°4 et part en tête à queue à l’entrée des stands.

Lui aussi natif du Nevada, Brendan Gaughan n’a pas brillé et termine à la trente-quatrième place, dernier des pilotes ayant vu l’arrivée, à quinze tours du vainqueur.

Gordon en difficulté toute la course

Dès l’agitation du drapeau vert Kasey Kahne se fait surprendre par Dale Earnhardt Jr pour la tête. Le pilote de la Chevrolet n°88 mène les soixante-dix premières boucles avant de céder le commandement à Matt Kenseth.

Dès lors Dale Earnhardt Jr. ne revoit plus la tête de l’épreuve. Pire, avec son chef d’équipe, ils sont incapables de régler les problèmes de tenue de route et sauve finalement un top-10. Jeff Gordon, son voisin de travail à l’usine, avait beau fêter ses vingt ans d’association avec DuPont, il n’a pas brillé.

Le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series, vainqueur de cette épreuve voilà onze ans, n’a eu de cesse de se balader dans le ventre-mou du peloton, ne remontant aux portes du top-10 que dans les tous derniers instants. Il sauve finalement une douzième place.

Place à Bristol !

La première pause au calendrier intervenait après Las Vegas, mais cette année elle a été supprimée. Les pilotes vont donc débarquer à Bristol dès le week-end prochain et nul doute qu’un bon nombre sera revanchard après un début de saison moyen ou raté.

Les derniers tours de la course :