Parmi les spécialistes du championnat IndyCar, rares sont ceux qui accordent leur entière confiance aux italiens de Dallara. Critiqués pour les faiblesses du précédent châssis IR07 sur les circuits routiers, moqués par le design de la DW12 et raillés par les pilotes lorsque ces derniers ont découvert pour la première fois la nouvelle voiture (ils n’hésitaient pas comparer les premières DW12 aux monoplaces fournies à l’écurie HRT en Formule Un) voilà qu’un défaut de taille est venu semer le trouble parmi les écuries lors des tests de Sebring.


Initialement, l’INDYCAR avait réduit la capacité des réservoirs de 22 à 19 gallons. Cette modification trouvait son origine dans la baisse de cylindrée des nouveaux moteurs (de 3,5L à 2.2L). Mais alors que les écuries découvraient leurs châssis, quelle ne fut pas leur surprise lorsqu’elles se sont aperçues que certains réservoirs fabriqués par Premier au Royaume-Uni n’affichaient pas la même contenance avec des différences allant jusqu’à 0,5 gallon ! Ainsi certaines équipes avaient des voitures comportant un réservoir de 19,5 gallons tandis que d’autres devaient composer avec des réservoirs de 18,5 gallons seulement, soit un demi-tour supplémentaire sur une piste comme St Petersburg (ou quelques dixièmes de moins lors d’un arrêt aux stands).

L’INDYCAR a donc modifié sa règlementation en conséquence en abaissant la limite maximum à 18,5 gallons, soit la taille minimum mesurée sur l’ensemble des voiture. Les écuries disposant d’un réservoir désormais trop gros devront injecter des billes de plastique chacune d’une contenance de 0,1 gallon afin de se remettre en conformité.

A une semaine du début de la saison, l’INDYCAR est passée près du fiasco et nul doute que Dallara, dont le Système Qualité est passé complètement au travers, sera désormais surveillé de très près par la série.