Après une interminable intersaison (plus de 5 mois !), l’IndyCar a entamé ce week-end une nouvelle ère de son histoire. Et pour ce retour en piste après la funeste course de Las Vegas, les festivités ont été marquées par toute une série d’hommages à Dan Wheldon. C’est d’ailleurs la sœur du Britannique, Holly, qui a agité le drapeau vert pour donner le départ.

Le premier virage est négocié sans encombre. Le poleman Will Power prend très vite de l’avance sur Ryan Briscoe alors que les deux pilotes Ganassi, moins bien qualifiés, gagnent deux places.

Alors que Simon Pagenaud vient d’effectuer un ravitaillement précoce, la première neutralisation de la saison intervient dès le treizième tour : Katherine Legge est à l’arrêt dans la ligne droite des stands. C’est l’occasion pour quelques pilotes d’anticiper leur premier arrêt, notamment Power, Franchitti, Kanaan et Sato.

Briscoe prend la tête au restart mais très vite les drapeaux jaunes sont de nouveau de sortie. James Jakes est dans les pneus. Cette neutralisation sera également fatale à Tony Kanaan et Simona de Silvestro, victimes de problèmes électroniques. Briscoe ravitaille et laisse la tête de la course au trio Scott Dixon, Ryan Hunter-Reay et Helio Castroneves qui attendront le premier tiers de la distance pour s’arrêter.

Une troisième neutralisation (tête-à-queue de Carpenter) intervient juste avant la mi-course, ce qui chamboule à nouveau le classement. Sébastien Bourdais en profite pour se montrer à la sixième place. Parti dernier après des essais difficiles, le Manceau a effectué en course la plus belle prestation des utilisateurs du moteur Lotus, malheureusement pas récompensée (abandon en fin de course).

La deuxième moitié de l’épreuve sera heureusement moins hachée. Les leaders successifs s’arrêtent à tour de rôle et on retrouve pour le dernier relais à nouveau le trio Castroneves, Dixon (qui s’est fait passer par le Brésilien au bout de la ligne droite des stands) et Hunter-Reay.

Il s’agit même d’un quatuor puisque James Hinchcliffe se maintient sans problème dans le sillage de son équipier. Une fois en tête, Castroneves creuse un écart de plus de sept secondes. Dixon ne semble pas en mesure de répliquer, pas plus que les pilotes Andretti Autosport (lesquelles ont eu pour consigne de faire attention à leur consommation).

Helio Castroneves ne rencontre aucun souci jusqu’à l’arrivée et décroche sa première victoire depuis presque un an et demi. Dans son tour d’honneur, le pilote Penske s’arrête au pied du panneau « Dan Wheldon Way » qui a été inauguré ce week-end et fait sa traditionnelle ascension de grillage pour saluer le public et rendre un bel hommage au Britannique. Beau moment d’émotion.

Ryan Briscoe complète le top 5 après un long duel contre Simon Pagenaud. Celui-ci a en revanche pu contrôler un Will Power très pressant en fin de course pour décrocher une excellente sixième place, pleine de promesses pour la suite de la saison. Simon est le meilleur rookie au classement, même s’il faut également noter la bonne tenue de Josef Newgarden.

Au final, cette première course de la Dallara DW12 s’est avérée prometteuse. La monoplace est rapide et agile, et le son du V6 est superbe. Comme on s’y attendait, il reste encore d’évidents soucis de fiabilité (Kanaan, Legge, Servia, De Silvestro, Sato, Bourdais et Hildebrand ont tous eu des soucis). Mais à les voir en découdre sur la piste, on se dit qu’on se fera très vite à leur physique pour le moins original !